Olivier Rochon est de retour

Le Gatinois Olivier Rochon, lorsqu'il a remporté le... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le Gatinois Olivier Rochon, lorsqu'il a remporté le globe de cristal de sauts à ski, en Norvège, en 2012.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Olivier Rochon n'a plus le visage tuméfié à la Rocky Balboa. Il ne voit plus double non plus.

Huit mois et demi plus tard, le skieur acrobatique de Gatineau s'avère remis d'une malchance à l'atterrissage, qui avait mis fin de façon prématurée à sa saison sur le circuit de la Coupe du monde. Sa tête avait frappé contre un genou en février à l'épreuve de Deer Valley, fracturant le plancher de l'orbite de son oeil droit.

Les médecins ont dû l'opérer, quelques semaines plus tard.

«On a fait une incision pour glisser une feuille de métal en dessous de l'oeil pour reformer le plancher dans sa forme initiale», a relaté Rochon.

La blessure sonne plus sérieuse qu'elle l'a véritablement été, a-t-il ajouté. «Ce n'est pas une blessure rare. Le docteur de l'équipe nationale m'a dit que plusieurs boxeurs sont passés par là et s'en sont remis», a ajouté l'ancien vainqueur du globe de cristal au bout du fil.

«J'ai eu plus mal après l'opération que lorsque je me suis blessé. Au début, j'ai eu des effets secondaires. Quand je regardais vers le haut, ma vision doublait... Là, je n'ai aucun problème. Il ne faudrait pas que je me mette à voir double dans les airs quand je saute !»

Visiblement, le sens de l'humour de Rochon demeure intact malgré la longue liste de malchances depuis une décennie. «Je te dirais que c'est ma préférée parmi toutes mes blessures», a-t-il lancé en riant.

Ses genoux lui avaient notamment coûté une saison complète, et surtout, une participation aux Jeux olympiques à Sotchi. Sa récente fracture s'est produite le lendemain de sa meilleure performance de l'hiver.

L'athlète âgé de 27 ans avait remporté la médaille d'argent. Il s'agissait de sa première présence en trois ans sur le podium du circuit de la Coupe du monde (CDM).

«Cet hiver, je veux conserver la même attitude que la saison dernière. Je voulais avant tout m'amuser. Puis, je veux optimiser tout le progrès effectué durant l'été sur les rampes d'eau.»

Ses entraîneurs et lui ont fait le décompte. Ce sont plus de 800 sauts qui ont été effectués dans les derniers mois à Lac-Beauport.

Dans le lot, il y a 350 triples sauts, dont plusieurs s'avèrent son nouveau saut avec quatre vrilles. Une routine similaire à celle de son ancien coéquipier Warren Shouldice.

«Trois des quatre vrilles se trouvent sur le deuxième salto arrière, a expliqué Rochon. Ce saut avait permis à Warren de gagner le Championnat du monde. C'est une belle référence pour moi.»

Le sauteur de l'Outaouais doit prendre la direction de la Finlande dans une quinzaine de jours. Il pourra enfin dupliquer ces routines sur la neige.

«Nous passerons un mois là-bas. Par la suite, nous irons en Chine.»

La ville de Beida Lake accueillera la première épreuve de sauts acrobatique de la saison en CDM, à la mi-décembre.

Plus tard durant l'hiver, Rochon et les membres de l'équipe canadienne visiteront les rampes de Pyeongchang, en Corée du Sud. Ce sera un avant-goût des Jeux olympiques prévus en 2018 au même endroit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer