Des attentes élevées envers Valérie Grenier

La skieuse Valérie Grenier... (Archives, LeDroit)

Agrandir

La skieuse Valérie Grenier

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un événement promotionnel avec un de ses commanditaires l'attendait en soirée en Autriche. Mais Valérie Grenier n'avait qu'une chose en tête.

Le coup d'envoi sera donné dans les prochaines heures à la nouvelle saison de la Coupe du monde de ski alpin. Ce sera place à un premier slalom géant, samedi matin, à Sölden. « J'ai tellement hâte. Mais en même temps, je suis vraiment stressée. Je veux tellement bien faire, avouait vendredi après-midi l'athlète de St-Isidore, dans l'Est ontarien. Je sais que tout le monde a des attentes élevées envers moi, même si tout le monde me dit en même temps de ne pas trop m'en faire avec ça. »

Mais elle aussi vise haut après ses succès de la saison précédente. Grenier a gagné le titre mondial junior en descente en Russie. Puis elle a remporté l'or au super-G à ces mêmes championnats. Une suite logique à sa performance de 2015 à Hafjell, en Norvège, où elle avait terminé troisième en slalom géant aux Mondiaux juniors. « Moi-même j'ai des attentes élevées, mais pas juste à cause de ça, précisait Grenier en faisant allusion à ces résultats. C'est ce que l'entraînement s'est tellement bien déroulé. Je me suis beaucoup améliorée. »

Et surtout, disait-elle au bout du fil, son corps est guéri.

Les médecins l'ont opéré aux tibias en avril afin de régler un problème chronique. Et les maux de dos qui la faisaient souffrir ont disparu. « Je ne sais pas pourquoi je n'ai plus ce problème, mais je n'essaie pas de trop y penser. Peut-être que c'était relié à mes problèmes de tibias... »

Ce qu'elle sait, c'est qu'elle se sent mieux. Et que tout va bien sur la piste. Grenier a participé à trois camps d'entraînement depuis le milieu de l'été. D'abord en Suisse, puis en Argentine et au Chili.

L'équipe nationale l'a mis à l'essai en slalom en plus de poursuivre son développement dans les trois autres épreuves. « Je risque de faire un peu de tout cet hiver », soulignait-elle.

Pas qu'elle s'en plaindra. La jeune femme, qui fêtera ses 20 ans la semaine prochaine, a l'habitude des horaires chargés.

La saison dernière, on l'a vu prendre le départ de 46 courses sanctionnées par la Fédération internationale de ski (FIS).

Le retour de Cook

À Sölden, Valérie Grenier ne sera pas la seule skieuse de la région à prendre le départ d'une course. Mikaela Tommy, de Wakefield, est aussi inscrite en vue du slalom géant féminin. Chez les hommes, Dustin Cook, du Lac Sainte-Marie, effectuera son retour après une absence d'un an en raison d'une opération à un genou.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer