Le Canada mise sur la jeunesse en courte piste

Des étoiles montantes de l'équipe, comme Kim Boutin,... (Archives)

Agrandir

Des étoiles montantes de l'équipe, comme Kim Boutin, ne sont plus si loin des piliers de l'équipe.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bill Beacon
La Presse Canadienne
Montréal

Charles Hamelin et Marianne St-Gelais sont encore des têtes d'affiche, mais l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste compte sur ses espoirs pour renouveler ses succès sur la scène internationale.

Des étoiles montantes telles que Samuel Girard, Namasthée Harris-Gauthier et Kim Boutin ont l'impression qu'elles ne sont plus si loin des piliers de l'équipe. Il y a aussi la médaillée des Championnats du monde, Kasandra Bradette, qui est âgée de 27 ans mais qui est relativement nouvelle sur la scène internationale.

Tous ces jeunes obtiendront l'opportunité de démontrer de quel bois ils se chauffent lors des essais d'automne de l'équipe canadienne qui se dérouleront ce week-end à l'aréna Maurice-Richard. Des équipes de six hommes et six femmes seront alors formées en prévision des quatre premières étapes du circuit de la Coupe du monde, qui se mettra en branle du 4 au 6 novembre à Calgary.

«Je m'attends à ce que notre noyau de jeunes patineurs, qui font partie de notre système depuis quelques années déjà, puisse menacer un petit peu la hiérarchie actuelle, a déclaré l'entraîneur Derrick Campbell mercredi. Ce noyau est très près, mais il faut donner le crédit à nos vétérans; ils s'améliorent constamment.

«Nous vétérans sont au sommet depuis un bon moment déjà et ce n'est pas pour rien, mais nos jeunes qui poussent derrière ont rapidement comblé le fossé qui les séparait d'eux.»

Hamelin, qui est âgé de 32 ans, est le meneur de cette équipe depuis une décennie. Le double médaillé d'or aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010 ne ralentit pas, avec une récolte de six médailles en cinq étapes de la Coupe du monde et une autre au 1000 m l'an dernier aux Championnats du monde.

Son frère, François, qui est âgé de 30 ans, et Olivier Jean, 32 ans, ne sont pas à sous-estimer eux non plus.

Campbell a mentionné que quelques jeunes hommes sont prêts à éclore, dont Cédric Blais, de Châteauguay, Pascal Dion, de Montréal, et William Preudhomme, de Toronto.

Mais Girard, de Ferland-et-Boilleau, a les meilleures chances de faire un coup d'éclat. Le patineur de 20 ans a connu une excellente saison en 2015-16. Il a notamment remporté sa première médaille d'or au 500 m à la Coupe du monde de Toronto et décroché l'argent au relais 1000 m lors des Championnats du monde.

«C'est un patineur complet, a expliqué Campbell. Il est rapide. Il est en très grande forme.

«Il a une très bonne tête sur les épaules. Il n'est pas au même niveau que les autres.»

L'objectif de Girard n'est pas tant de déloger Hamelin de son trône, mais plutôt de poursuivre sa progression personnelle.

«Ça viendra naturellement, a-t-il confié. Je ne veux rien provoquer, en disant à quelqu'un 'tasse-toi, ton règne est terminé'.

«Je me dis plutôt que 'lorsque le temps viendra, je serai le gars qui battra Charles et le reste du Canada'. Je ne suis pas seul. Il y a plusieurs gars au sein de cette équipe qui peuvent menacer les vétérans.»

Après Calgary, la Coupe du monde fera escale à Salt Lake City du 11 au 13 novembre, à Shanghaï du 9 au 11 décembre et à l'anneau de glace qui sera utilisé aux Jeux olympiques de 2018 à Gangneung, en Corée du Sud, du 16 au 18 décembre.

D'autres essais auront ensuite lieu afin de former les équipes qui participeront aux Coupes du monde de Dresde, en Allemagne, et de Minsk, au Bélarus, en février. Les Championnats du monde se dérouleront à Rotterdam, aux Pays-Bas, en mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer