L'or et un câlin pour Antoine Cyr

Antoine Cyr a gagné l'or aux championnats canadiens... (Courtoisie, Bernard Pigeon)

Agrandir

Antoine Cyr a gagné l'or aux championnats canadiens juniors, la semaine dernière, à Whitehorse.

Courtoisie, Bernard Pigeon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Antoine Cyr a passé toute la saison sur le podium, ou presque. Sauf que le skieur de fond de Gatineau n'avait jamais mis les pieds sur la plus haute marche.

Bruno Cyr n'a pas hésité à sauter la... (Courtoisie, Bernard Pigeon) - image 1.0

Agrandir

Bruno Cyr n'a pas hésité à sauter la clôture et venir enlacer son fils Antoine après la victoire.

Courtoisie, Bernard Pigeon

Tout ça a changé la semaine dernière à Whitehorse, à la compétition la plus importante de sa jeune carrière.

L'athlète âgé de 17 ans a mis la main sur un premier titre national. Il a gagné l'or à l'épreuve des sprints chez les juniors aux championnats canadiens.

«Je terminais régulièrement deuxième ou troisième durant l'hiver sur le circuit de la Coupe Québec, raconte Cyr. J'étais toujours proche, mais sans goûter à la victoire.»

Ce qui rend sa conquête au Yukon encore plus savoureuse.

Une victoire qui est survenue plus précisément un jeudi. Ça, il ne l'oubliera pas. Ce fut une des plus belles journées de sa vie.

Deuxième lors des qualifications, il a passé sans problème la ronde des quarts de finale. La demi-finale a été plus ardue.

Cyr s'est pointé en finale un brin fatigué. Puis, il n'avait pas le meilleur choix de ligne au départ. Ajoutez à cela que les premières secondes ont été difficiles. Il s'est retrouvé dernier. «Je n'ai pas eu un bon départ», avoue-t-il.

Mais dès la première côte, Cyr a entrepris sa remontée. Il est passé au troisième rang. Puis dans le dernier virage, le produit du club Skinouk a pu prendre l'avance. «Quand j'ai poussé mon pied pour traverser la ligne d'arrivée, j'ai vu qu'il n'y avait personne à côté de moi. J'ai levé les bras et j'ai poussé un cri.»

Son père Bruno, qui avait notamment été embauché par les équipes du Québec pour le fartage des skis, suivait la course attentivement. Il se trouvait sur le bord du parcours. «Dès mon arrivée, il a sauté la clôture et il est venu me donner un gros câlin. Il était super content. Moi aussi.»

Un petit deux qu'une tonne de souvenirs ont défilé dans la tête des deux hommes.

«Depuis que je sais marcher que je suis sur des skis, relate le nouveau champion canadien. Ma première course, je l'ai finie endormi dans le traîneau après avoir mangé trop de biscuits et bu du chocolat chaud!»

Et comment a-t-il célébré cette fois-ci?

«Disons que dans l'avion, je ne me suis pas satisfait juste avec de l'eau, répond Cyr en riant. Puis quand je suis arrivé à la maison, un beau gros dessert m'attendait.»

Il n'y avait pas que papa qui était ému, paraît-il, lors des championnats canadiens.

Cette épreuve s'est déroulée sous le regard de plusieurs autres adultes qui ont vu le petit Antoine grandir et devenir un adulte. Se transformer en champion.

Il y avait Bernard Pigeon, le papa d'un autre skieur et photographe du club Skinouk. Non loin se trouvait Richard Turgeon, papa d'un ami skieur et préposé du fartage des athlètes de Gatineau. La liste comprend aussi l'entraîneur Pierre-Olivier Dorégo, qui prendra sa retraite dans les prochaines semaines.

«Des gens qui ont toujours été là à mes courses. C'était le fun de gagner devant eux.»

Depuis mardi, c'est toutefois le retour à la réalité. Celle des études en génie mécanique au Cégep de l'Outaouais.

Puis cet été, ce sera retour au boulot sur les plages du parc de la Gatineau. Cyr est sauveteur. Un emploi qu'il adore.

«Et ça me permet de ramasser de l'argent pour le ski de fond», note-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer