Gatineau est ski de fond

Les organisateurs Dave Dyer, Louise Poirier et Claude Laramée surveillent... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Les organisateurs Dave Dyer, Louise Poirier et Claude Laramée surveillent bien attentivement les derniers préparatifs.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La semaine dernière, le Marathon canadien de ski fêtait son 50e anniversaire. Ce week-end, c'est place à la 38e édition de la Gatineau Loppet. Puis mardi, l'Outaouais accueillera une première épreuve de la Coupe du monde.

Ce qui fait dire une phrase à Claude Laramée. «C'est le plus gros 10 jours de ski de fond dans l'histoire de la région», lance le bénévole de longue date.

On tenait à lui jaser, il y a quelques jours. C'est lui qui a su convaincre Ski de fond Canada, puis la Fédération internationale de ski (FIS), après quelques voyages en Europe, de débarquer en sol gatinois.

Le parc Jacques-Cartier présentera la première des huit étapes du Ski Tour Canada, qui constitue la finale de la Coupe du monde. Tous les gros noms ont fait le voyage, des Norvégiens aux Russes en passant notamment par les Français et les Finlandais.

Les dameuses terminent leur travail au parc Jacques-Cartier.... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Les dameuses terminent leur travail au parc Jacques-Cartier.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

La semaine dernière, le Marathon canadien de... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit) - image 2.1

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Cette idée trotte depuis une douzaine d'années dans la tête de Laramée, président du comité organisateur local. Plus précisément depuis janvier 2003, année pendant laquelle il était à la tête de la Loppet, le plus grand événement de ski de fond au pays.

«Je suis une personne qui a toujours comme objectif d'aller plus loin. À ce moment-là, nous étions rendus à notre 25e édition. Je me suis dit que nous pourrions faire quelque chose de plus grand.»

Ski de fond Canada venait de lancer une sollicitation d'intérêt auprès de ses membres pour la présentation de courses de la Coupe du monde en vue de la saison 2005-2006. Une note qui a capté l'attention de Laramée. Sa bande et lui ont tenté leur chance.

Sauf que Gatineau a été doublé au fil d'arrivée par Vernon, en Colombie-Britannique, et Canmore, en Alberta. «Nous étions déçus. Par contre, quand tu y penses, Canmore avait toutes les installations. Elle avait accueilli les courses de ski durant les Jeux olympiques en 1988, fait remarquer Laramée. Nous, nous avions tout à développer.»

Gatineau aurait pu baisser les bras.

La vice-présidente du comité organisateur local du Ski Tour Canada, Louise Poirier, se met à rire quand le journaliste lance la remarque. «Claude, c'est la tête la plus dure que je connaisse dans le ski de fond», dit-elle.

«Nous n'allions pas abandonner. C'était un non pour l'instant, mais peut-être un oui pour plus tard, enchaîne Laramée. Finalement, c'était un mal pour un bien. Nous n'étions peut-être pas prêts.»

Ce qui allait suivre a épaté Ski de fond Canada.

L'Outaouais s'est retroussé les manches au lieu de bouder dans son coin.

Les trois clubs de ski de fond, de Skinouk à Nakkertok, en passant par Chelsea Nordiq, ont commencé à unir leurs efforts, organisant conjointement les Championnats de l'est du Canada au fil de la dernière décennie. Un mariage qui n'est pas passé inaperçu ailleurs au pays.

«Une expertise technique a été développée dans la région depuis 2004, affirme le directeur des événements chez Ski de fond Canada, Dave Dyer. Puis, tu as une solide base de bénévoles passionnés qui vont se lever à cinq heures le matin en janvier, même s'il fait -30 degrés Celsius!»

Puis en février 2013, la porte s'est ouverte pour Gatineau.

«Deux semaines avant la Loppet, nous avons appris que FIS songeait à organiser un Tour en 2016, peut-être au Canada, relate Claude Laramée. Je suis allé fouiller dans mon ordinateur pour retrouver la lettre que j'avais envoyée en 2003. Je l'ai imprimé et j'ai dit que c'est avec ceci qu'on commence. Puis je suis allé voir nos partenaires.

«Pourquoi moi? J'imagine parce que j'étais là en 2003.»

Sur ce, Dyer prend la parole.

«Claude est modeste. Nous avions besoin d'un leader capable de rallier les troupes. Nous avions besoin d'une personne possédant des contacts, qui avait une très bonne crédibilité auprès des gouvernements et de la communauté. C'était une tâche colossale.»

Environ 1,7 million $, dont une partie en biens et services, devait être déniché.

«C'est beaucoup d'argent, reconnaît Dyer. Ça nous prenait quelqu'un qui n'a pas froid aux yeux, qui était prêt à mettre sa tête sur le bucher et aller cogner aux portes. Claude n'a pas des poches sous les yeux pour rien!»

Laramée n'était pas seul à solliciter une participation financière du secteur public et privé. Son amie Poirier l'a suivie partout, mettant à profit son bagage d'ancienne politicienne.

«Nous faisons la tournée les deux ensemble. Quand les gens nous voient, ils savent pourquoi nous sommes là. Nous arrivons préparés», souligne Louise Poirier en riant.

«Nous sommes deux personnes convaincues et convaincantes.»

Le départ

Le duo verra ce vieux rêve se réaliser enfin mardi sur le coup de 11h15 lorsque les qualifications commenceront. Plus de 150 skieurs de 25 pays participeront aux sprints. Des courses qui seront diffusées en direct un peu partout.

Dave Dyer croit que les athlètes européens seront charmés par la qualité du site. «Tu as la rivière, la colline du Parlement et le Musée canadien de l'histoire en toile de fond. Et tu as aussi la neige», dit-il.

C'est que les tapis blancs se font rares cet hiver un peu partout sur le Vieux-Continent.

À ce sujet, Claude Laramée s'empresse de rappeler que jamais la Gatineau Loppet n'a été annulée. «Nous avons dû composer au fil des ans avec la tempête du verglas. Une autre année, il faisait huit degrés le jeudi avec beaucoup d'eau au sol et le lendemain, tout a gelé quand le mercure a descendu à -25 degrés.»

Il n'est pas nerveux à quelques jours de la première Coupe du monde en Outaouais. La région est prête, peu importe ce que dame Nature pourrait lui réserver.

De bonnes nouvelles pour la Loppet

La bonne nouvelle pour la 38e Gatineau Loppet, qui a lieu samedi et dimanche? Il fera moins froid que l'an dernier lorsque la température ressentie était de... -40 degrés Celsius durant les courses de style libre.

L'autre bonne nouvelle? Les skieurs auront droit aux meilleures conditions de l'hiver dans le parc de la Gatineau. «Les équipes ont tracé les pistes toute la nuit dernière», a souligné vendredi Louise Poirier, membre du conseil d'administration de la Loppet.

Les organisateurs espèrent que la chaleur, le soleil et la qualité des pistes auront un impact sur les inscriptions de dernière minute. En ce moment, ils sont plus de 1700 personnes à avoir confirmé leur présence sur le fil de départ des diverses épreuves de ski, de raquettes et de vélo sur neige. Il s'agit d'un léger retard par rapport à l'an dernier lorsque le cap des 2000 participants avait été dépassé.

L'épreuve principale, le 51 km classique, sera présentée samedi entre Wakefield et Gatineau.

Les meilleurs fondeurs du monde attendus au Ski Tour Canada

Pour la première fois de l'histoire, les meilleurs skieurs de fond du monde s'affronteront en sol canadien dans la plus importante compétition à étapes de l'année. Le globe de cristal sera décidé durant le Ski Tour Canada 2016, la finale du circuit de la Coupe du monde. Ça commence à Gatineau pour prendre fin à Canmore. Entre ces deux communautés, des arrêts sont aussi prévus à Montréal et Québec.

Le Tour, c'est 12 jours, huit étapes, 25 pays représentés et 200 médias accrédités. C'est aussi des retombées économiques estimées à 3,8 millions $, selon Tourisme Outaouais.

Plus de 2000 clochettes seront remises aux premières personnes arrivées sur le site de compétitions mardi en vue des sprints, qui seront disputés sur un parcours de 800 mètres. Les skieurs effectueront deux boucles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer