La popularité indéniable du ski de fond

Les organisateurs estiment que le Marathon canadien de... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Les organisateurs estiment que le Marathon canadien de ski génère des retombées économiques annuelles de 1,5 million de dollars en Outaouais et dans les Laurentides. L'activité est financée à 95% par les recettes liées aux inscriptions.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de 2000 fondeurs sont attendus au 50e Marathon canadien de ski (MCS) qui se déroule jusqu'à dimanche, entre Buckingham et Lachute.

Au moment d'écrire ces lignes, 2039 personnes étaient inscrites à l'événement dont le coup d'envoi sera donné ce samedi matin, au cub de golf de Buckingham. Les skieurs les plus courageux et athlétiques termineront leur périple à Lachute, dimanche en fin de journée, après avoir traversé 160 km de lacs, rivières, fermes et terres privées et publiques. Plusieurs participants opteront quant à eux pour des variétés de trajets moins longs offerts pendant la fin de semaine.

Pour le directeur du MCS, Frédéric Ménard, le taux de participation annuel au marathon ne ment pas. Pour une deuxième année consécutive, plus de 2000 inscriptions sont enregistrées avant même la tenue de la randonnée.

«Ça fait deux ans que nous sommes l'événement de ski de fond qui attire le plus de participants au Canada. On a la main heureuse ces dernières années. On essaie des choses et ça réussit. Il n'y a pas assez d'événement en ski de fond qui sont non chronométrés au Québec. Les gens viennent ici non pas pour faire la course et la compétition, mais par défi personnel. C'est ça notre force», affirme-t-il.

Vendredi, 404 élèves âgés de 6 à 14 ans en provenance de 13 écoles, autant du territoire de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées que des Laurentides, de Montréal et même de Kuujjuaq, ont réchauffé les pistes du «plus long et plus vieux événement de ski de fond au pays» dans le cadre de la deuxième édition du mini-marathon scolaire organisé à Montebello. L'an dernier, une centaine d'élèves avaient participé à l'activité qui sert de levée de rideau à l'événement principal. Les organisateurs espèrent attirer 1000 élèves l'année prochaine.

«Considérant que c'est une année difficile dans les écoles avec les moyens de pression des enseignants et que plusieurs activités scolaires ont été annulées, nous sommes très satisfaits d'avoir attiré autant d'élèves. Pour nous, c'est clair que le message envoyé par les écoles est que nous répondons à un besoin en lien avec les saines habitudes de vie», de dire M. Ménard.

Deux figures populaires

Pour sa 50e mouture, le Marathon s'est allié à deux visages bien connus de la scène sportive canadienne. Le triathlète Pierre Lavoie et la médaillée d'or olympique en ski de fond à Turin en 2006, Chandra Crawford, ont accepté les rôles de présidents d'honneur du MCS cette année.

Le cofondateur du défi qui porte son nom était entouré de jeunes, vendredi, lorsqu'il a débarqué à l'école St-Michel de Montebello. S'il a accepté le rôle de coprésident d'honneur pour cette classique annuelle, c'est essentiellement parce que le volet scolaire commence à y prendre de plus en plus d'ampleur.

«C'est important d'offrir des occasions pour que les jeunes puissent bouger et découvrir de nouveaux sports. Moi, mon sport préféré c'est le ski de fond.

Cette passion me vient de mon primaire. C'est un professeur d'éducation physique qui avait emprunté de l'équipement pour nous permettre d'en faire l'essaie», a raconté le spécialiste du Ironman, entre deux séances d'autographes et de prises de photos, vendredi midi.

Pluie et chaleur

Le thermomètre à la hausse - le mercure devrait osciller autour de 7 °C en après-midi samedi - et la pluie risquent de donner du fil à retordre aux fondeurs durant le week-end. Pierre Lavoie, qui en sera à une première expérience au MCS, s'offrira la totale avec les deux trajets de 80 km. Il n'était pas fixé sur sa stratégie lorsque LeDroit l'a croisé, vendredi midi.

«Je suis un spécialiste du fartage, mais là, j'ai aucune idée de ce que je vais mettre sous mes skis avec la température annoncée. Ça va être tout un défi. C'est aussi une différente approche parce que ce n'est pas chronométré. Il va falloir que je me calme un peu», a-t-il indiqué, sourire aux lèvres.

Dans le cadre des festivités entourant le 50e anniversaire de fondation de l'événement, l'organisme en charge du marathon a notamment lancé la Classique Jackrabbit, un parcours de 90 kilomètres reliant Montebello à Mont-Tremblant et auquel plus de 200 participants ont pris part le 16 janvier dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer