La Saint-Valentin, fête du... patinage de vitesse

L'Ottavienne Ivanie Blondin sera une des favorites au... (Rick Bowmer, Archives AP)

Agrandir

L'Ottavienne Ivanie Blondin sera une des favorites au départ groupé à Kolomna.

Rick Bowmer, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a aura tout sauf de l'amour dans l'air lors de la Saint-Valentin, dimanche, à Kolomna, en Russie.

Ce sera place aux dernières courses des championnats du monde de distances individuelles sur longue piste. L'épreuve la plus relevée impliquera une patineuse de vitesse d'Ottawa.

Ivanie Blondin sera une des favorites au départ groupé. «Je veux le titre», lance-t-elle au bout du fil.

Un des rares titres qui lui a échappé la saison dernière. La jeune femme âgée de 25 ans avait été couronnée championne de la Coupe du monde, gagnant notamment deux médailles d'or durant l'hiver.

Mais aux Mondiaux, sa rivale néerlandaise Irene Schouten l'avait doublé au fil d'arrivée.

Les deux patineuses s'affronteront à nouveau dans cette épreuve aux allures parfois de derby.

Blondin a une autre raison d'être gonflé à bloc. Elle a été tenue loin de la première marche du podium en 2015-2016, se contenant de deux médailles d'argent et deux autres en bronze.

Cette épreuve du départ groupé, l'athlète franco-ontarienne la disputera loin de son fiancé. «Il est à Calgary en ce moment avec notre pitou», souligne-t-elle.

Ivanie Blondin ne s'attend pas à seulement à gagner la course. Elle espère bien recevoir un cadeau de Saint-Valentin de son ami de coeur lors de son retour au pays.

«J'espère qu'il va s'y mettre dans les prochains jours... Sûrement!» lance-t-elle en riant.

Le message est passé. Non seulement au copain, mais également au reste du peloton.

Pas toute seule

Blondin ne sera pas la seule patineuse de la région de la capitale nationale à concourir aux championnats du monde. Vincent De Haître, de Cumberland, sera en action chez les hommes, notamment à la poursuite. L'équipe canadienne a remporté deux fois l'or cette saison à cette épreuve.

De plus, la recrue ottavienne Isabelle Weidemann, âgée de 20 ans, donnera ses premiers coups de patin à ce rendez-vous annuel. Elle prendra part aux 3000 m et 5000 m.

«Isabelle se débrouille super bien depuis le début de la saison. Elle sera une très, mais très très bonne patineuse dans les prochaines années. J'ai hâte de la voir patiner dans les prochains jours», affirme Ivanie Blondin, qui agit comme mentor.

Les débuts de Weidemann aux Mondiaux lui rappellent les siens.

Le visage de l'équipe canadienne a bien changé depuis ce baptême en 2011. «Toutes les autres filles, dont Schussler, Nesbitt et Groves ne sont plus là.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer