Blessée, Mikaela Tommy dessine

À défaut de skier parmi l'élite mondiale alpine ces jours-ci, Mikaela Tommy... (Alessandro Trovati-Pentaphoto)

Agrandir

Alessandro Trovati-Pentaphoto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À défaut de skier parmi l'élite mondiale alpine ces jours-ci, Mikaela Tommy s'est mise à dessiner.

Ça l'aide à chasser l'ennui. L'athlète de Wakefield se trouve en congé forcé depuis trois semaines. Depuis qu'une chute spectaculaire lors d'un entraînement en vue du slalom géant de la Coupe du monde de Flachau, en Autriche, lui a valu une commotion cérébrale.

«C'est le fun à regarder», a dit à la blague Tommy en parlant de la bande vidéo de son accident. Elle essaie de garder un bon moral en entendant que son coco prenne du mieux.

«Ma main a accroché une porte sur le parcours. Je suis tombé sur ma hanche puis j'ai basculé vers l'avant. J'ai cogné ma tête deux fois.»

Ce n'était pas la première fois en carrière que l'ancienne médaillée de bronze aux championnats du monde juniors de ski alpin se plantait sur les pentes. «Mais c'est la première fois que je ne peux pas skier pendant quelques semaines, a noté la jeune athlète âgée de 20 ans, visiblement frustrée.

«Les symptômes changent toujours. En ce moment, je suis sensible à la lumière.»

Tommy a tenté de reprendre l'entraînement depuis la mi-janvier, mais sans succès. Son corps réagissait très mal.

«Chaque fois, ça ne marche pas. Les symptômes reviennent et c'est pire. C'est frustrant.»

Et pas question de précipiter un prochain retour sur les pentes. Même si les championnats du monde juniors arrivent à grands pas.

L'événement aura lieu du 25 février au 3 mars à Sotchi et Rosa Khutor, en Russie.

Canada Alpin fondait beaucoup d'espoirs sur Mikaela Tommy, dont c'est la dernière année d'admissibilité à ces Mondiaux juniors.

«Je pense que c'est encore possible de revenir à temps pour ça», a-t-elle soutenu avant d'apporter un bémol. Elle devra être rétablie.

Pas question de skier avec des symptômes. Sa sécurité serait compromise.

«C'est impossible pour moi de skier si j'ai de la misère à voir. Je ne serais confortable, surtout à la vitesse que nous allons. J'aurais de la misère aussi à rester concentrer.»

Avant de se blesser, Tommy ne connaissait pas la saison de rêve souhaitée. Elle n'avait pu rallier le fil d'arrivée en huit départs sur le circuit de la Coupe du monde.

«Les résultats n'étaient pas là. Mais l'entraînement allait super bien. Je connaissais aussi de bonnes sections en course. Je n'ai tout simplement pas été chanceuse, explique-t-elle.

«J'ai confiance dans mon ski, ajoute-t-elle du même souffle. J'ai eu quelques bonnes courses sur le circuit Nor-Am et le circuit de la Coupe d'Europe.»

Tommy avait pris le cinquième rang à un slalom géant du circuit européen à Zinal, en Suisse, une dizaine de jours avant son accident. À cela s'était ajoutée une médaille d'argent à Copper Mountain en décembre à une épreuve nord-américaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer