Henderson trébuche

Brooke Henderson partage le 107e rang, alors que... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Brooke Henderson partage le 107e rang, alors que seules les 70 meilleures obtiendront le droit de jouer les rondes de samedi et dimanche quand le titre sera à l'enjeu.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les verts rapides du club Ottawa Hunt ont causé des maux de tête à la favorite locale, Brooke Henderson, à la première journée de l'Omnium canadien CP.

La jeune fille de 19 ans de Smiths Falls a joué 74, trois coups au-dessus de la normale, et elle se retrouve en danger de rater le cap de qualification après 36 trous alors qu'elle accuse huit coups de retard sur la meneuse, l'Américaine Marina Alex, qui a signé une carte de 66 (moins-cinq), un de mieux que la Coréenne In Gee Chun et l'Anglaise Holly Clyburn.

Henderson partage le 107e rang (sur 156 compétitrices), alors que seules les 70 meilleures obtiendront le droit de jouer les rondes de samedi et dimanche quand le titre qui n'a pas été gagné par une Canadienne depuis Jocelyne Bourassa en 1973 sera à l'enjeu.

«Ce fut une journée un peu mélangée. J'ai frappé la balle extrêmement bien la majorité du temps et mon 'putter' m'a abandonnée par moments. Je n'ai réussi qu'un oiselet, c'est le vrai problème. Tu ne peux pas faire ça, surtout quand tu as des trous comme j'en ai eu au 7e et au 13e», a raconté Henderson après sa ronde, elle qui a commis un double boguey au 13e, une normale trois, après avoir envoyé sa balle à l'eau.

Henderson s'est aussi retrouvée souvent du mauvais côté du fanion, avec des coups roulés en descendant. «Les verts étaient super rapides. Je ne les ai jamais vus aussi rapides au Hunt. On m'a dit qu'ils étaient près de 13 (sur l'échelle du 'stimpmeter'), ce qui est très rapide, surtout en pente descendante», a-t-elle ajouté, entendant passer une partie de son après-midi à peaufiner cet aspect de son jeu en vue de sa deuxième ronde de vendredi après-midi (13 h 31 à partir du 10e tertre).

La cinquième meilleure boursière de la LPGA ne peut probablement plus aspirer au titre, ce qui va décevoir ses nombreux partisans. Elle tient cependant à être là pour eux en fin de semaine. «J'ai pratiqué avec beaucoup d'intensité (mercredi) et je vais faire la même chose cet après-midi. J'ai espoir que les choses vont aller un peu mieux et que je vais jouer en fin de semaine», a-t-elle mentionné, impressionnée par le nombre de gens qui l'ont suivi sur le parcours dès qu'elle a commencé sa ronde à 8 h 15.

Henderson ne s'est pas plainte du rythme de jeu très lent - sa ronde a duré plus de 5 h 15 - mais il n'en allait autant pour la meneuse Marina Alex.

«C'était assez lent toute la journée à partir du deuxième trou. Mais les conditions (avec un bon vent) représentaient un défi et chaque coup était difficile. Il n'était pas facile d'avoir un bon rythme alors qu'on arrêtait et qu'on repartait», a-t-elle noté.

Ça n'a pas empêché la joueuse native du New Jersey de réussir quatre oiselets en cinq trous au milieu de sa ronde pour prendre les commandes du tournoi.

«J'ai réussi des coups roulés de moyenne et longue distance. Les verts sont tellement purs présentement, si tu as la bonne ligne et la bonne vitesse, tu peux mettre la balle dans le trou de n'importe où vraiment, ce qui est fantastique... Ils sont presqu'aussi rapides qu'au U.S. Open, mais il sont assez mous pour que les coups restent sur les verts, ce qui est une excellente combinaison», estimait Alex, 32 ans, qui est en quête d'une première victoire sur le circuit de la LPGA.

La Coréenne Chun a aimé les verts elle aussi. «Ils sont très rapides, mais ils sont aussi constants, et moi, j'aime les verts rapides, 'yeah'», a-t-elle lancé, répétant ce dernier mot plusieurs fois en entrevue.

Un groupe de sept golfeuses, toutes des Asiatiques sauf l'Américaine Brittany Lincicome, complète le «top 10» à moins-3.

Hécatombe chez les Canadiennes

Brooke Henderson n'a pas été la seule Canadienne à en arracher jeudi au Ottawa Hunt.

Membre de l'équipe nationale, Grace St. Germain, d'Orléans, disputait la première ronde de son premier Omnium canadien CP et l'expérience n'aura pas été très mémorable puisqu'elle a ramené une carte de 80, neuf coups au-dessus de la normale.

Elle a commis un boguey dès son premier trou de la journée (le 10e), avant de finir sa ronde avec six autres bogueys de suite. À son crédit, la jeune femme de 19 ans n'a pas blâmé son «caddie», le collègue journaliste du magasine Flagstick Scott MacLeod, qui lui avait offert ses services pour l'occasion.

«Ma frappe de balle n'était pas à la hauteur aujourd'hui, ce qui a mis de la pression sur le reste de mon jeu. Mes approches étaient toujours du mauvais côté du trou, on dirait. J'étais nerveuse au début, je me suis dit que je devais rester 'cool' devant une dizaine de mes parents et amis qui me suivaient. Je vais revenir demain pour avoir du plaisir et faire quelques oiselets», a-t-elle confié après coup.

Le contingent de 14 Canadiennes a généralement connu des difficultés, aucune d'entre elles ne jouant sous la normale. La Québécoise Maude-Aimé Leblanc était à moins-1 après neuf trous, mais elle a terminé à plus-2 (73), tout comme l'Ontarienne Brittany Marchand.

«Ça n'a pas été une bonne journée pour les Canadiennes alors, a soupiré la Sherbrookoise Leblanc en apprenant qu'elle était parmi les meilleures joueuses de son pays. Je ne me compare pas aux autres Canadiennes, j'essaie de jouer ma 'game' et ça n'a pas été une bonne journée pour moi... J'ai eu un mauvais départ au 10e et une couple d'autres mauvais 'breaks'.»

Leblanc a eu de l'aide de son «caddie» du club local, Ben Bell, sur les verts et elle pense pouvoir ramener un meilleur pointage vendredi en jouant en matinée (8 h 38). «À la fin de la journée, les verts étaient pas mal 'bumpys', ce n'était pas évident», a dit celle qui a terminé avec une normale assez spectaculaire, après avoir presque perdu une balle sur son coup de départ et avoir effectué un coup d'approche avec les pieds tout croches dans une trappe de sable.

Marchand, que Lorie Kane a identifié cette semaine comme une jeune à surveiller, jouait deux groupes derrière Henderson et tout juste derrière celui des vedettes Michelle Wie et Lydia Ko, en plus d'avoir Morgan Pressel comme partenaire. «La foule pour Brooke ne m'a pas dérangée, même si mon 'caddie' m'a demandé à un moment donné si Tiger Woods jouait. Je connais Morgan un peu, ce qui m'a aidé à ne pas être intimidée. Mais j'ai laissé quelques coups sur le terrain», a-t-elle noté.

Kane, pour sa part, a joué 80, tout comme la jeune St. Germain. L'autre Québécoise inscrite, Anne-Catherine Tanguay, a joué 76. Elles auront donc toutes fort à faire vendredi pour se qualifier pour les rondes du week-end.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer