Michael Woods entreprend la dernière semaine du Giro

Michael Woods occupe présentement le 30e rang du... (Courtoisie)

Agrandir

Michael Woods occupe présentement le 30e rang du classement général du Tour d'Italie après 15 étapes.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il s'agissait de la troisième et dernière journée de congé lundi au Giro avant d'attaquer les Alpes lors des cinq prochains jours. Michael Woods a tout fait, sauf la grasse matinée en Italie.

« Je viens justement de dire à un de mes coéquipiers que ce ne fut pas si reposant que ça. Nous avions des engagements à remplir auprès des médias. Nous avons aussi roulé un peu afin de garder nos jambes déliées », a raconté le cycliste de Gatineau au bout du fil.

Puis Woods a aussi payé des factures en ligne.

« Il y a des choses que j'ai négligées ces dernières semaines », a-t-il avoué en riant.

L'homme de 30 ans s'amuse à sa première participation sur le tracé du Tour d'Italie. Il occupe le 30e rang au classement général après 15 étapes, accusant un retard de 32 minutes et 28 secondes sur le détenteur du maillot de meneur, le Néerlandais Tom Dumoulin.

Mais surtout, ce sont ses performances lors des sixième et huitième étapes disputées qui retiennent l'attention. Chaque fois, Woods a terminé cinquième.

« Je suis heureux de mes résultats, mais je ne suis pas satisfait. Le but de l'équipe, mon but aussi, est de remporter une étape ici. Si je n'avais pas manqué l'échappée, je gagnais une de ces étapes. J'en suis convaincu », a soutenu le porte-couleurs de Cannondale-Drapac.

Malchance

La dernière semaine a été marquée par la malchance. Lors de la 15e étape disputée dimanche, Michael Woods a été impliqué dans un accident.

« Un adversaire de l'équipe Sky est tombé devant moi lors de la descente finale. Je n'ai pas pu l'éviter. Je suis tombé à mon tour sur le dos. Cela m'a empêché de terminer avec le groupe devant moi. »

La bonne nouvelle ?

Son dos endolori ne l'empêchera pas d'attaquer la semaine finale au Giro. Une semaine sur laquelle le grimpeur fonde de grands espoirs.

« Avant même le début du Giro, j'avais identifié les prochaines étapes comme celles où la victoire serait possible pour moi. J'y crois toujours. Je me sens bien. J'ai encore de l'énergie. »

Il reste que mardi fait peur.

« C'est l'étape la plus difficile. C'est beaucoup de montagne qui nous attend. Déjà que nous allons rouler 220 km. C'est long. Mais il y a surtout trois ascensions massives. »

Woods, Dumoulin et le peloton attaqueront le Mortirolo puis le Stelvio à deux reprises.

Les organisateurs du tour cycliste ont longuement débattu si le tracé devait être modifié ou non.

Il y avait possibilité de neige au passage prévue au Stelvio, qui s'avère le point le plus haut du Giro à une altitude de 2758 mètres. Mais les prévisions météorologiques ont changé dans les dernières heures.

Une fois le Tour d'Italie terminée dimanche, Michael Woods reviendra en Outaouais. Beaucoup de repos l'attend.

Participer au Tour de France n'est pas dans les plans en 2017.

« Je suis le gars dans l'équipe qui a eu l'horaire le plus chargé depuis le début de la saison. C'est moi qui ai pris le départ du plus grand nombre de courses », a dit le cycliste qui compte 49 journées de courses depuis janvier.

« J'ai hâte de remettre les pieds dans ma maison et retrouver le parc de la Gatineau. »

Le seul autre cycliste canadien en lice à cette 100e présentation du Giro, Svein Tuft, de la Colombie-Britannique, occupe le 158e rang.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer