Le Jour J commémoré au Tour de France

Une cérémonie en mémoire des hommes qui ont... (Lionel Bonaventure, AFP)

Agrandir

Une cérémonie en mémoire des hommes qui ont participé au Débarquement de Normandie a eu lieu à Sainte-Mère-Église à la veille du départ du 103e Tour de France.

Lionel Bonaventure, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andrew Dampf
Associated Press
Saint-Lo, France

Les plages du débarquement. Les cimetières de guerre. Les musées. Les premières villes qui ont été libérées il y a plus de 70 ans.

L'histoire du jour J et de la Seconde Guerre mondiale, ancrée dans la culture de la Normandie, sera l'objet d'une attention supplémentaire ce week-end avec la présentation de deux étapes du Tour de France dans la région.

La première étape samedi se met en branle au Mont-Saint-Michel, une abbaye bénédictine du patrimoine mondial perchée sur un rocher au large de la côte, et se termine à Utah Beach, l'un des sites importants du débarquement des troupes alliées, le 6 juin 1944.

La première étape passe aussi par Sainte-Mère-Église, où le parachutiste américain John Steele est resté accroché au clocher de l'église lors de l'invasion et a survécu. La ville héberge aujourd'hui le Musée Airborne.

La deuxième étape, dimanche, se termine à Cherbourg-En-Cotentin, site de la bataille de Cherbourg.

Tejay van Garderen, le coureur de l'équipe BMC qui représente le meilleur espoir des États-Unis pour la victoire finale au Tour, avait les yeux grand ouverts lors sa visite des lieux cette semaine.

«Ça remet vraiment les choses en perspective sur ce que nous faisons ici, a révélé Van Garderen, vendredi. Nous disons toujours que nous sommes des soldats qui allons à la guerre et puis vous voyez les vrais soldats et on se dit, 'OK, peut-être que c'est seulement une course de vélo.'»

Les équipes ont été présentées au public, jeudi, à Sainte-Mère-Église, sur des jeeps et des camions de la Seconde Guerre mondiale.

«J'aime la façon dont les organisateurs et la population locale ont mis en place les rappels historiques appropriés, et que les équipes ont été accompagnées sur les jeeps par des résidents locaux en costumes», a déclaré Brian Cookson, le président britannique de l'Union Cycliste Internationale.

Un héritage de la guerre était la liberté, soulignée par la diversité des équipes du Tour.

Van Garderen, qui occupait la troisième position quand il a dû abandonner le Tour l'an dernier en larmes à cause de la maladie à quatre étapes de la fin, partage le leadership de l'équipe BMC avec l'excellent australien Richie Porte. Ils sont secondés par des coureurs d'Allemagne, d'Italie, de France, de Suisse et de Belgique.

«Nous formons une équipe internationale, a déclaré Van Garderen. Cela démontre que le monde a fait du chemin.»

Le Britannique Chris Froome, double vainqueur, le Colombien Nairo Quintata, double vice-champion, et l'Espagnol Alberto Contador, aussi double vainqueur, sont les grands favoris pour la victoire finale de cette course de trois semaines.

Après l'étape de samedi, les coureurs américains, britanniques, canadiens, français et allemands prendront part à une cérémonie sur l'Utah Beach pour commémorer le débarquement allié.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer