Canuel pédalera à Rio, Woods aussi

Le Gatinois Michael Woods (au centre) est reconnu... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le Gatinois Michael Woods (au centre) est reconnu pour ses qualités de leader.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Karol-Ann Canuel et Michael Woods savent depuis un mois qu'ils rouleront à Rio. Sauf que les deux cyclistes de Gatineau avaient eu le mot d'ordre de garder le silence.

« Ça n'a pas été facile. Je suis le genre qui aime bien parler beaucoup, qui s'avère très candide (...) Je suis content de pouvoir enfin le crier sur tous les toits », a avoué Woods, mercredi après-midi, lors d'un point de presse du Comité olympique canadien (COC) à l'Hôtel British d'Aylmer.

Cyclisme Canada a dévoilé l'identité des 19 athlètes qui composeront son équipe aux Jeux en août prochain. La nomination des deux vedettes gatinoises n'a rien de surprenant.

Ce sont des valeurs sûres. Voir même des espoirs de médaille.

Le directeur de la haute performance Jacques Landry a indiqué que Canuel n'allait pas au Brésil dans un rôle de « figurante » en vue du contre-la-montre. « Elle a terminé sixième en 2014 aux championnats du monde », a-t-il rappelé.

Quant à Woods, il a pris le cinquième rang en janvier lors du Tour Down Under. Il sera le leader de l'équipe canadienne lors de l'épreuve sur route, appuyée par le duo québécois de Hugo Houle et Antoine Duchesne.

« Mike est peut-être un néophyte par rapport aux autres pros qui seront là-bas, mais il a démontré en peu de temps de belles habiletés à grimper. Il avait bien couru lors des étapes montagneuses en Australie », a expliqué Landry, qui a participé aux JO en 1992 et 1996.

Ce dernier a insisté sur une chose. Que le tracé de Rio sera le plus difficile qu'il a vu depuis trois décennies.

« Il y aura des bosses à répétitions. C'est un parcours très accidenté. Certains dénivelés auront un pourcentage jusqu'à 13 %. Aucun pays ne va sélectionner des sprinteurs. »

Woods, lui, a hâte. Il assure que sa main gauche, fracturée à trois endroits en avril lors d'une chute en Belgique, sera complètement guérie.

« Je me suis entraîné récemment sur 250 km dans les Cantons de l'Est et l'état du Vermont. J'ai souffert pendant sept heures à suivre une moto. Mais les résultats ont été très positifs. J'ai connu mes meilleurs moments dans la dernière heure, ce qui augure bien en vue des Jeux », a dit l'athlète âgé de 29 ans.

Rien, a-t-il avoué, ne pourrait l'effrayer. Que ce soit la qualité de l'eau qui pourrait laisser à désirer ou le menace du virus Zika.

« J'ai déjà couru dans certaines régions de la Chine et de la République dominicaine où les conditions de vie sont beaucoup plus inférieures, où il y avait des risques plus élevés de contracter une maladie. Je suis une personne assez résiliente », a noté Woods, qui dit rêver aux JO depuis son enfance.

Mais un journaliste lui a rappelé que ce rêve était de participer au rendez-vous olympique en athlétisme. Il a bien failli y arriver sur 1500 m.

Des blessures l'ont toutefois forcé à délaisser ce sport.

« Je me souviens d'avoir vu à la télé Donovan Bailey gagner l'or au 100 m aux Jeux en 1996. Je me suis dit que je voulais faire ça. Mais si tu m'avais raconté il y a cinq ans que je pourrais y arriver, mais en cyclisme, je t'aurais traité de fou », a lancé Michael Woods, que ses amis anglophones ont renommé « Michel Dubois » à la blague en raison de son bilinguisme.

Quant à Canuel, elle n'était pas présente au dévoilement de l'équipe. Elle se trouvait en Italie en vue du Giro qui commence vendredi.

La femme âgée de 28 ans a pris la direction de l'Europe mardi soir après avoir terminé deuxième au contre-la-montre des championnats canadiens.

Il y a quatre ans, elle avait vécu la déception d'être laissé de côté. Cyclisme Canada lui avait préféré d'autres cyclistes.

« C'est un rêve qui se réalise. Je suis excitée de représenter le Canada aux Jeux », a-t-elle dit au Droit.

Tout comme Woods, Canuel ne se plaindra pas du parcours de Rio. « Je n'ai jamais rien vu d'aussi difficile... Ça ne peut être que bon pour moi », a-t-elle ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer