Canuel roulera souvent à Gatineau en juin

La cycliste Karol-Ann Canuel.... (Courtoisie)

Agrandir

La cycliste Karol-Ann Canuel.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un mois de juin occupé et fertile en émotions se pointe devant Karol-Ann Canuel.

Un mois qui commence avec deux courses dans sa région d'adoption. La cycliste qui habite en Outaouais depuis huit ans prendra le départ du Grand Prix cycliste de Gatineau plus tard cette semaine.

D'abord, on la verra pédaler à l'épreuve sur route de 104,4 km, jeudi soir. Puis une quinzaine d'heures plus tard, ce sera place au contre-la-montre disputé au centre-ville.

Deux courses que la championne du monde n'a jamais remportées. Elle est passée très près l'an dernier.

Canuel menait le GP cycliste avec cinq kilomètres à parcourir. Mais le peloton l'avait rattrapé.

Le lendemain, elle avait terminé deuxième à la Chrono Gatineau.

«Je veux toujours bien faire ici. Je pense que je peux gagner cette année. Ça serait le fun de gagner devant ma famille et mes amis», a dit Canuel, qui a grandi à Amos avant de déménager à Gatineau afin de poursuivre des études en soins infirmiers.

Un changement apporté à l'édition 2016 lui plaît. L'élite internationale devra se taper deux boucles cette année, et non une, dans le parc de la Gatineau avant de rouler en circuit urbain. 

«Je pense que ça va m'avantager. Peut-être qu'une échappée va durer plus longtemps.»

Canuel connaît ça rouler en solo. Elle a mené une étape de la Emakumeen Euskal Bira pendant une cinquantaine de kilomètres à la mi-avril, en Espagne.

«J'ai attaqué au bon moment et c'était un parcours difficile, a-t-elle relaté. Je me suis fait rattraper à 3 km de la fin. J'étais un peu déçue, car j'aurais pu gagner.»

L'Outaouais... et Rio

Ce fut une de ses meilleures performances individuelles de la jeune saison. Pour le reste, elle a aidé ses nouvelles coéquipières de l'équipe professionnelle Boels-Dolmans à collectionner les victoires en Europe ce printemps.

«Nous avons connu un très bon début de saison. Nous avons obtenu plusieurs premières positions surtout lors de classiques. Les filles sont vraiment bonnes. Et l'ambiance est très positive. Ça regarde bien pour le reste de la saison.»

Canuel rejoindra Boels-Dolmans sur le Vieux-Continent en juillet en vue du Giro féminin. Avant, elle se tapera la Philadelphia International Classic présentée dimanche, deux jours après le contre-la-montre à Gatineau.

Puis à la fin du mois, la femme âgée de 28 ans prendra part aux championnats canadiens qui se dérouleront dans la capitale nationale. Trois courses se trouvent au menu, dont un critérium dans le Vieux-Aylmer et un contre-la-montre dans le parc de la Gatineau.

Mais surtout, Cyclisme Canada profitera de l'événement afin de dévoiler son alignement en vue des Jeux olympiques, à Rio.

Ce sera le moment tant attendu pour Canuel, snobé il y a quatre ans. Cette fois-ci, son exclusion serait ridicule. Surtout que sa feuille de route comprend deux titres mondiaux au contre-la-montre par équipe et une deuxième place au classement général du Tour de Thuringe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer