Michael Woods victime d'un nid-de-poule belge

Au début de l'année, Michael Woods était sorti... (Courtoisie, Graham Watson)

Agrandir

Au début de l'année, Michael Woods était sorti de l'anonymat avec une cinquième place au Tour Down Under.

Courtoisie, Graham Watson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un nid-de-poule privera un cycliste de Gatineau d'une première participation en carrière au Giro.

Michael Woods s'est fracturé la main gauche à trois endroits dimanche lors de la classique Liège-Bastogne-Liège disputée dans le froid et la neige en Belgique. Il restait 20 kilomètres lorsque l'accident s'est produit, projetant la vedette montante de l'équipe professionnelle Cannondale au sol.

«Le coureur devant moi n'a pu éviter un trou dans la chaussée. Même chose pour moi. Malheureusement, c'était un nid-de-poule assez gros. J'ai effectué un vol plané. J'ai cassé une roue», relate Woods, qui se remet de ses blessures en Espagne où il a élu domicile durant la saison.

Sa main a écopé, mais également son dos. «Me coucher au lit s'avère tout un défi. Enfiler mes chaussettes aussi. Ma conjointe doit m'aider à m'habiller. Je me sens comme un gamin.»

Vendredi, Woods a toutefois reçu une bonne nouvelle après avoir subi un test de résonance magnétique en matinée.

«Il n'y a aucune fracture au dos. Ce ne sont que des muscles endoloris. Je vais donc pouvoir embarquer sur le vélo stationnaire demain.»

Le rêve olympique demeure donc bel et bien en vie. Mais celui de rouler en Italie, c'est autre chose.

Adieu Giro

Woods devait prendre le départ du Giro, le 6 mai. Le tracé accidenté le favorisait.

Il piaffait d'impatience de goûter à cette deuxième compétition cycliste en importance derrière le Tour de France.

«Je ne peux commencer à rouler à l'extérieur que dans quatre semaines en raison de ma main. Si tout va bien, je vais pouvoir participer à des courses dans six semaines», a-t-il rappelé.

Cannondale misait sur le cycliste âgé de 29 ans afin d'appuyer son coéquipier Rigoberto Uran, un des favoris pour gagner le Giro. Woods avait terminé 12e à La Flèche Wallonne plus tôt en avril.

Puis au début de l'année sur le circuit mondial, il avait surpris en concluant le Tour Down Under au cinquième rang.

Dimanche, il était même dans le coup avant sa blessure. À quel point? Woods pensait percer le top-5. «Il neigeait. Il y avait même cinq centimètres de neige à certains endroits. Les organisateurs avaient modifié le parcours. Il faisait froid, mais en vivant dans la région d'Ottawa, je suis habitué de rouler dans de pareilles conditions, a-t-il commencé par expliquer.

«Puis j'étais bien habillé. L'équipe est choyée. On nous donne de bons survêtements. J'étais donc au chaud. J'avais aussi de bonnes jambes au moment de chuter...»

Michael Woods, qui s'entraîne dans le parc de la Gatineau durant l'automne, avait été désigné leader de sa formation lors de cette course en Belgique. «Un très grand honneur pour moi, a-t-il avoué.

«Oui, je suis déçu en ce moment de rater le Giro. Mais je ne plie pas bagage mentalement. Je sais que j'aurai d'autres opportunités.»

Les Jeux en vue

Si tout va bien, l'ancien coureur de demi-fond devenu cycliste aimerait bien participer à une ou deux courses par étapes en Europe avant les Jeux olympiques.

Parlons justement de Rio.

Cyclisme Canada se basera sur les performances internationales des divers candidats pour composer son équipe. 

«Je pense que je représente un sérieux espoir pour percer le top-10 aux Jeux, a soutenu Woods. Si tout va bien, je peux même me faufiler vers une médaille. J'ai démontré que je peux connaître du succès sur des parcours vallonneux. C'était le cas à Liège. Il reste à démontrer que je serai en pleine santé. Je pense que j'ai de bonnes chances d'être le leader

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer