Le centre-ville sera pris d'assault par les cyclistes

Frédérique Moulin est présidente du Grand Prix Cycliste... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Frédérique Moulin est présidente du Grand Prix Cycliste de Gatineau

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Important changement pour la septième édition du Grand Prix Cycliste Gatineau. Les parcours de certaines épreuves ont été modifiés. Les dames qui seront de passage dans les rues du centre-ville, début juin, pourront rouler dans les rues du centre-ville.

Le jeudi 2 juin, à 17 h 30, le départ sera donné à l'intersection de la rue Aubry et de la promenade du Portage.

Le vendredi 3 juin, à 13 h, l'arrivée du contre-la-montre individuel se fera au même endroit.

«L'objectif principal, c'est d'augmenter la visibilité des cyclistes. C'est sur que le jeudi à 17 h et que le vendredi midi, il va y avoir beaucoup de monde au centre-ville. Ça va faire participer les gens. Ça va faire connaître les courses professionnelles», d'expliquer la présidente du Grand Prix, Frédérique Moulin.

Obtenir plus de visibilité constitue un des principaux objectifs du comité organisateur. Bien que le Grand Prix Cycliste constitue un succès d'un point de vue sportif, il n'a pas exactement fait courir les foules jusqu'à présent.

«Un de nos buts, c'est de faire connaître le sport cyclisme. Qu'il soit professionnel ou amateur, c'est notre but. Nous voulons aussi montrer aux gens que nous pouvons pratiquer un sport pour se maintenir en santé. Tout ça va ensemble.»

Les nouveaux tracés qui seront en vigueur cette année devraient rendre les épreuves un peu plus difficiles pour les cyclistes professionnelles.

Du moins, ça fait également partie des objectifs visés par les organisateurs.

«Ce n'est pas le centre-ville qui le rend plus difficile, intervient Mme Moulin. Dans le cas de la course sur route, nous avons ajouté une boucle dans le parc de la Gatineau. Cette boucle rendra le parcours plus difficile. Il y aura aussi des côtes. Il sera intéressant de voir si le peloton va finalement s'étendre. On va peut-être finalement séparer les fillettes et les femmes. C'est ce qu'on dit chez les hommes. On peut le mettre au féminin.» 

Impossible pour l'instant de savoir qui prendront part à la septième édition du Grand Prix Cycliste Gatineau.

Les différentes équipes professionnelles disposeraient d'encore quelques semaines pour compléter leurs calendriers pour 2016.

Les organisateurs de l'épreuve outaouaise ont bon espoir d'accueillir les favorites locales Karol-Ann Canuel et Joëlle Nummainville.

Sinon, on reconnaît qu'il sera un peu plus difficile d'attirer des athlètes de très haut niveau, 2016 étant une année olympique.

«Ce n'est pas la première fois qu'on le vit. Nous l'avons déjà vécu, étant donné que c'est notre septième édition. C'est toujours une espèce de cercle qui se fait. Les équipes viennent quand même», assure Mme Moulin.

Le Grand Prix s'associera une fois de plus aux Cuisses Or de l'Outaouais pour la présentation d'un événement comptant sur le circuit provincial de la Coupe du Québec. 

Entre 300 et 400 athlètes nés entre 2000 et 2011 pourraient prendre le départ des quatre étapes qui seront présentées les samedi 5 et dimanche 6 juin.

Des cyclistes amateurs pourront aussi participer à des cyclosportives de 69,3 et de 111,8 kilomètres sur le réseau de promenades du Parc de la Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer