Du piquant à l'entraînement

Juliette Tétreault a vécu un moment douloureusement cocasse... (Courtoisie)

Agrandir

Juliette Tétreault a vécu un moment douloureusement cocasse récemment durant un camp d'entraînement à Tucson, en Arizona.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même un cactus ne peut faire dérailler Juliette Tétreault en route vers une participation aux championnats du monde juniors de vélo de montagne.

L'athlète de Val-des-Monts a subi une blessure cocasse lors d'un récent camp d'entraînement à Tucson, en Arizona. La jeune femme âgée de 17 ans roulait avec un autre espoir de l'Outaouais, Émile Farrell-Dessureault, quand elle a chuté.

«Il y avait des cactus un peu partout. Ce n'est pas évident quand tu manques ton coup, a relaté Farrell-Dessureault.

«Je suis tombé sur un des cactus. Ça fait mal», a attesté Tétreault en riant au bout du fil.

Résultat, elle a dû prendre quelques journées de congé. Mais là, elle se sent d'attaque pour la première course de la saison, une étape de la Coupe Canada ce samedi à Victoria, en Colombie-Britannique.

«Ça va bien. Je n'ai plus mal quand je pédale. Il me reste encore trois épines dans la jambe. Je ne les sens pas.»

Tétreault, qui défend les couleurs du club Skinouk, a fait le tour de quelques cliniques à Tucson. «Un dermatologue m'a dit que les épines étaient trop profondes. Il m'a dit d'attendre. Qu'elles finiraient par sortir», a-t-elle raconté.

En Arizona, elle a engrangé plus de 700 km à l'entraînement.

Quant à Farrell-Dessureault, le compteur s'est arrêté à 1040 km. «Un camp hyper productif, a-t-il dit.

«C'était manger, vélo et dodo chaque jour», a ajouté Tétreault.

Le duo se trouvait déjà en Colombie-Britannique, mercredi soir, au moment de l'entrevue avec LeDroit. Il avait eu l'occasion de rouler sur le tracé de la Coupe Canada, première de deux courses de sélection en vue des championnats du monde juniors qui auront lieu du 28 juin au 3 juillet à Nove Mesto na Morave, en République Tchèque.

Un parcours qui fait leur affaire.

«Il n'est pas trop technique. Il n'y a aucune section avec des choses dangereuses. Ça me va parfaitement», a soutenu Émile Farrell-Dessureault.

Le Gatinois âgé de 17 ans a gagné une étape de la Coupe Québec en 2015 en plus de terminer septième à une épreuve de la Coupe Canada. Il carbure avec la même idée en tête depuis l'automne dernier.

Celle d'obtenir son maillot en vue des Mondiaux juniors. Pour y arriver, il devra gagner la course de Victoria ou celle de Mont-Tremblant en mai.

Plusieurs cyclistes ont décidé de participer uniquement à la sélection en sol québécois au printemps.

Farrell-Dessureault, qui pratique le vélo de montagne depuis cinq ans, ne voulait rien savoir de mettre tous ses oeufs dans le même panier. À ses yeux, le risque était trop élevé de jouer sa qualification dans une seule course.

«S'il y a un bris mécanique, une crevaison, ce serait poche en maudit. Je suis capable de faire les deux, a raconté l'étudiant en sciences de la nature du Cégep de l'Outaouais.

«J'ai décidé de ne pas faire de cyclocross l'automne dernier. À la place, j'ai beaucoup travaillé à l'épicerie. Je voulais aller aux championnats du monde et je savais que ça me coûterait cher.»

De l'argent dont il s'est servi pour participer à ce camp en Arizona. Des dollars qui lui ont permis de se payer un billet d'avion vers la Colombie-Britannique.

Reste maintenant à rouler. À franchir le fil d'arrivée en premier.

Farrell-Dessureault est confiant. Même chose pour Tétreault, qui avait terminé deuxième à une Coupe Canada à Whistler pour conclure la saison dernière.

Un troisième cycliste de l'Outaouais participera à cette étape de sélection des Mondiaux juniors. 

Il s'agit d'Antoine Bélanger-Rannou, de Cantley, qui a été vice-champion des Jeux du Québec en 2012 à Shawinigan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer