Beterbiev brutal et expéditif

Isidro Ranoni Prieto a tenu moins de trois... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Isidro Ranoni Prieto a tenu moins de trois minutes dans le ring face à Artur Beterbiev, vendredi soir au Casino Lac-Leamy.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sa fiche demeure intacte. Sa réputation de cogneur dangereux, elle, prend de l'ampleur.

Le champion NABA des mi-lourds, Artur Beterbiev, a donné raison à tous les experts qui prévoyaient un combat expéditif en finale du gala organisé par le groupe GYM, vendredi soir, au Casino Lac-Leamy. Le Montréalais d'adoption n'a eu besoin que d'un seul round pour vaincre le champion WBO Latino chez les mi-lourds, Isidro Ranoni Prieto, qui subissait une deuxième défaite en 31 présences dans le ring.

Beterbiev (11-0-0, 11 KO) a envoyé son adversaire au tapis à deux reprises avant que l'arbitre ne mette fin à l'affrontement après deux minutes et 44 secondes. Son adversaire avait déjà le visage tuméfié. On soupçonne qu'il aurait subi une fracture.

« Ça arrive comme ça. Je ne sais même pas comment je fais », a soutenu Beterbiev via un interprète en tentant d'expliquer toutes ces victoires par mise hors de combat.

En revanche, le boxeur tchétchène sait comment se faire des amis. Il s'est permis quelques mots en français devant le millier de spectateurs sur place. « Je suis fier d'être Québécois », a-t-il soutenu.

C'était la première fois que Prieto était mis KO. Il n'était pas content envers l'arbitre d'avoir arrêté le combat. Son regard en disait long. Ses cris aussi.

L'adversaire du Paraguay a tout de même touché 100 000 $ pour ce combat. Quant à Beterbiev, il a obtenu une bourse de 350 000 $.

Mais surtout, cette victoire lui ouvre la porte vers des défis intéressants dans la nouvelle année. Son promoteur Yvon Michel s'attend à recevoir une confirmation de l'IBF que son poulain sera impliqué en championnat éliminatoire en février.

Il s'agissait du premier gala organisé à Gatineau depuis 2006 par ce vieux routier de la boxe. Les Stevenson, Alcine et Pascal s'étaient battus à l'époque avant de devenir champions du monde, quelques années plus tard.

Est-ce que Beterbiev sera le prochain à ajouter son nom à cette liste ? On verra.

« Nous allons revenir »

Ce qu'on sait ? Il y aura d'autres galas dans les prochains mois à Gatineau.

« Nous allons revenir régulièrement au Casino Lac-Leamy, au minimum deux fois par an au cours des trois prochaines années », a indiqué Michel plus tôt dans la semaine.

Ce dernier avait rappelé que la vente de billets ne représente que 20 % des recettes d'un tel événement. Qu'une bonne partie des revenues proviennent maintenant des droits de diffusions. Le gala a été suivi au petit écran dans une quinzaine de pays, dont la Russie.

Cinq combats

En plus de cette finale, cinq autres combats ont été présentés dont un chez les super-coqs remporté par Vislan Dalkhaev. L'ami de Beterbiev a été déclaré gagnant par décision unanime des juges à la conclusion des huit rounds contre le Mexicain Salvador Hernandez.

La soirée avait commencé de façon brutale lorsque Mike « Le Kamikaze » Breton (1-3-0, 0K0) s'est écrasé contre le tapis dès la deuxième minute du premier round. Le pugiliste de Saint-George a encaissé un crochet de droite de son adversaire Roodsy Vincent (1-1-0, 1 KO). Il s'est relevé, mais titubait par la suite, ce qui a poussé l'arbitre à mettre un terme au combat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer