Beterbiev dans le ring à Gatineau

Le promoteur Yvon Michel est débarqué à Gatineau... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le promoteur Yvon Michel est débarqué à Gatineau en compagnie de deux des vedettes du gala de boxe du 23 décembre, Custio Clayton et Artur Beterbiev.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Artur Beterbiev aimerait que le public sache un truc à son sujet. « Il existe une grosse différence entre le boxeur que je suis et l'homme que je suis. Vous n'allez pas me croire, mais à l'extérieur du ring, je suis quelqu'un de très gentil », a-t-il déclaré par le truchement de son interprète, jeudi.

Le boxeur d'origine tchétchène, désormais installé au Québec dans le but de poursuivre son ascension professionnelle, ressent sans doute une certaine pression de plaire aux amateurs.

C'est son visage qu'on voit, principalement, sur l'affiche du gala qui sera présenté au Casino du Lac-Leamy le 23 décembre prochain. En finale, il affrontera le Paraguayen et champion WBO Latino des mi-lourds, Isidro Ranoni Prieto.

Le succès de l'événement organisé par le Groupe Yvon Michel (GYM) repose donc - en partie - sur ses épaules.

« D'habitude, les gens disent que je suis une personne méchante. Quand j'entends ces rumeurs à mon sujet, ça me fait peur. C'est pourquoi je tiens à ce que les gens sachent qu'à l'intérieur, je suis une bonne personne », insiste-t-il.

Au sujet de son adversaire du 23 décembre, il admet candidement ne pas savoir grand-chose. « Nous commençons à peine à l'étudier. À date, il m'a l'air d'un opposant sérieux. Il n'est certainement pas faible. »

Six autres combats devraient précéder celui de Beterbiev. Deux d'entre eux mettront en vedette des vedettes montantes de GYM, Custio Clayton et Vislan Dalkhaev.

Contrairement à Beterbiev, ils ne connaissent pas encore l'identité des hommes qui leur seront opposés. « Peu importe le boxeur qu'on trouvera, je serai prêt à l'affronter », claironne Clayton, un boxeur de la Nouvelle-Écosse qui ne porte pas de traces de son plus récent combat. La semaine dernière, il a signé une impressionnante victoire par K.-O. contre le Mexicain Ramses Agaton au Cabaret du Casino de Montréal.

Quatre pugilistes originaires de la région d'Ottawa Gatineau - Louisbert Altidor, Samer Bakarat, Danyk Bertrand-Croteau et Vanessa Lepage-Joanisse - devraient aussi figurer sur la carte.

Première en dix ans dans la région

Ce gala marquera le retour de GYM en Outaouais après une décennie d'absence.

La tête dirigeante de l'organisation s'est déplacée pour prendre part à la conférence de presse de jeudi. Yvon Michel avait enfilé ses habits de vendeur.

Il a raconté ses beaux souvenirs des galas présentés au début des années 2000. Il soutient avoir tenu la promesse qu'il avait faite au public. Il avait juré qu'il aurait la chance de voir à l'oeuvre des futurs champions du monde. Trois de ses poulains - Joachim Alcine, Jean Pascal et Adonis Stevenson - ont effectivement remporté des titres prestigieux après leur passage en sol gatinois.

Il est confiant de voir l'histoire se répéter. Il s'attend à ce que Beterbiev obtienne la chance de se battre pour un titre mondial en 2017.

« Les gens au Québec aiment les gagnants. Ils aiment les champions. Artur est en train de transformer toute sa vie dans le but de s'intégrer à la société québécoise. Il suit cinq heures de cours par jour pour apprendre à parler français et anglais. Il va s'intégrer. Grâce à son charisme, les gens vont l'adopter », croit-il.

M. Michel aimerait organiser plusieurs galas à Gatineau au cours des prochaines années. « On pense que la région de l'Outaouais est une belle région où la boxe a déjà été très populaire. Ça peut revenir. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer