Croteau affrontera le «Brazilian Bomber»

Danyk Croteau ne se dit pas intimidé par... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Danyk Croteau ne se dit pas intimidé par le sobriquet de son adversaire Mayron Viera Zeferino, surnommé le «Brazilian Bomber».

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De son propre aveu, Danyk Croteau ne connaît pas grand-chose au sujet de son prochain adversaire, sauf son sobriquet.

Le grand droitier super poids mi-moyen Mayron Viera Zeferino a été surnommé le «Brazilian Bomber». Parce que le Torontois d'origine brésilienne frappe fort.

«Ça ne m'impressionne pas», soutient Croteau, 25 ans, qui l'affrontera jeudi dans un music-hall de Toronto. Il s'agira d'un des cinq combats à l'horaire d'un gala modeste.

Ce sera la deuxième sortie du pugiliste de Buckingham dans les rangs pros. Il a gagné par décision unanime en février contre l'Américain Rodrigo Almeida, qui a visité le tapis à deux reprises au premier round.

«Je me prépare plus fort que lors de la première fois. Je risque de faire face à une meilleure opposition, mais je m'attends à être quand même meilleur que lui.»

Zeferino présente une fiche identique à la sienne chez les pros. Il a gagné son seul combat en avril.

Cet ancien spécialiste des arts martiaux mixtes a livré une quinzaine de combats dans les rangs amateurs, étant couronné champion des Gants de bronze.

Aucun stress

Croteau, lui, a combattu une quarantaine de fois chez les amateurs avant de passer pro. Avant de s'adonner à la boxe, il a servi trois ans au sein des Forces armées canadiennes.

Monter dans un ring loin de chez lui, ça ne l'énerve pas.

«J'ai hâte. Je me suis promené en masse chez les amateurs, rappelle-t-il.

«Je vais affronter un gars de la place qui a vendu des billets pour ce gala. Ça ne me stresse pas du tout. Il y aura juste plus de gens déçus à la fin de notre combat», ajoute-t-il d'un ton confiant.

Ce sera un boxeur affamé qui se pointera à Toronto.

Croteau croyait bien pouvoir remonter dans le ring plus tôt après son premier combat. Au moins trois occasions se sont présentées depuis la fin de l'hiver.

«Mais soit que le gala a été annulé ou le gars que je devais affronter s'est retiré. [...] C'est décevant puisque tu mets beaucoup de préparation en vue d'un combat. Et là, tu dois recommencer.»

En vue de son face-à-face avec le «Brazilian Bomber», Danyk Croteau s'est tapé un entraînement par semaine à Montréal. Cela s'ajoutait à ses séances régulières au club Final Round à Ottawa et BG à Buckingham.

Jusqu'ici, personne ne lui a accolé un surnom. Mais s'il réussit à collectionner des victoires, ça pourrait changer pour l'ancien soldat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer