Un knock-out qui fait réfléchir

Pascal Villeneuve et son entraîneur Stéphane Joanisse. Le... (Courtoisie, EOTTM Vincent Ethier)

Agrandir

Pascal Villeneuve et son entraîneur Stéphane Joanisse. Le boxeur gatinois a été assommé dès le premier round dans un combat vendredi soir.

Courtoisie, EOTTM Vincent Ethier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pascal Villeneuve a livré ce qu'il qualifie de «probablement» son dernier combat en carrière.

De tous les scénarios qu'il avait envisagés avant de mettre les pieds à Sorel-Tracy, le pire s'est produit vendredi soir. Le droitier de Gatineau a été assommé dès le premier round dans un combat fort attendu au Colisée Cardin.

Son adversaire gaucher et le favori de la foule, Guillaume Coudé, l'a envoyé au tapis à deux minutes et trente secondes avec trois coups de poing consécutifs au visage, gagnant par knock-out. Plus tôt, l'arbitre avait servi deux comptes à Villeneuve, qui s'était retrouvé dans les câbles.

«Je l'avais dit avant ce combat. Ça passe ou ça casse. Ça n'a pas passé, a soutenu l'athlète de l'Outaouais au bout du fil.

«Je n'ai pas besoin de ça. Ça ne paie pas assez. Puis je ne veux pas devenir le faire-valoir des autres. Je tiens à ma tête, à ma santé. J'ai trois beaux enfants.»

L'entrevue se déroulait dimanche soir. Plus de 48 heures après cette deuxième défaite en sept sorties dans les rangs pros.

Villeneuve (4-2-1, 2 KO) n'avait pas monté sur le ring depuis janvier 2015. Mais il avait pris les bouchées doubles à l'entraînement afin d'être prêt à affronter Coudé (7-1-1, 6 KO), reconnu pour sa force de frappe.

«J'ai tout donné en vue de ce combat-là. On dirait juste que je n'ai pas été capable de prendre une bonne claque.»

Le boxeur âgé de 28 ans avait aussi encaissé deux durs coups dans les deux dernières semaines. Deux deuils qui ont eu l'effet de crochets.

Il y a eu séparation, puis son grand-père est décédé la veille du gala. «J'étais extrêmement près de lui», a noté Villeneuve, qui a effectué ses débuts chez les professionnels en 2013 après un parcours fructueux dans les rangs amateurs.

Ses six premiers combats se sont déroulés à Gatineau. C'était la première fois qu'il échangeait des coups loin de chez lui.

Il pouvait tout de même miser sur l'appui d'une soixantaine de partisans, qui s'étaient tapé les trois heures de route séparant l'Outaouais et la quatrième plus ancienne ville au Canada.

Un appui qui l'a touché. Durant les deux jours qui ont suivi ce revers, Villeneuve a été inondé de messages d'encouragements.

«Honnêtement, j'étais surpris. C'est fou tous les messages que j'ai reçus. J'en ai reçu une centaine. Je ne m'attendais pas à ça. Les gens sont tellement gentils avec moi.»

Pascal Villeneuve dit qu'il ne délaissera pas la boxe. Qu'on le verra épauler d'autres pugilistes, les encourager.

«Je ne pense pas retourner dans le ring. Mais je vais rester en forme. Je peux aider les autres», a-t-il dit, soutenant que la boxe professionnelle locale se retrouve entre de bonnes mains avec l'arrivée des Danyk Croteau, Vanessa Lepage-Joanisse et Roody René.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer