Plein air et adrénaline à Wakefield

L'une des disciplines de la Course d'aventure Raid... (Photo : Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

L'une des disciplines de la Course d'aventure Raid Pulse à Wakefield, samedi.

Photo : Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La course d'aventure Raid Pulse s'est arrêtée à Wakefield ce week-end dans le cadre de sa 16e saison d'activités.

C'est finalement Adam Mallory d'Ottawa qui a coiffé tous les participants du grand raid en se classant premier et un duo masculin père-fils a empoché la victoire dans le petit raid : Joël (père) et Thierry Lavigne de Cantley. Le parcours de samedi incluait donc un petit raid de deux heures et une grande équipée de quatre heures. 

L'édition limitée incluait 15 km de vélo de montagne et 5 km de trekking en forêt. Le long raid comprenait 25 km de vélo, de six à sept kilomètres de trek et six autres en canot.

Le directeur de l'événement, Thierry Raymond, était enchanté de la tournure des choses : la pluie a commencé à sévir qu'après la remise des médailles et il n'y a eu qu'un seul abandon, quelques chutes et un chavirage sans conséquence.  

En tout, près de 85 coureurs se sont présentés, samedi matin, à la ligne de départ sur le site de la station de ski Vorlage près du village de Wakefield pour ce raid assez particulier qui tient du triathlon et du rallye. Aux épreuves physiques s'ajoutent donc de l'orientation avec boussole et cartes, et des points de contrôle. Il s'agit ainsi d'un événement multisport de plein air, mais sous forme de rallye et donc plus stratégique et cérébral que les simples compétitions sportives.

Les deux raids débutaient à 10 h samedi matin avec une première transition ou changement de discipline, peu avant midi dans le stationnement du cimetière Maclaren.

De coureur à organisateur

Professeur d'éducation physique au Collège Saint-Alexandre à Gatineau, Thierry Raymond a commencé en 1998 à participer à ce genre d'événements, mais d'abord en tant que coureur : des 36 heures de course et même des raids de quatre jours, jusqu'à ce qu'il fonde son propre parcours en 2002 à titre d'organisateur.  

« Je suis toujours aussi passionné de sports (...) C'est un événement qui prône le plein air, le respect de la nature, qui prône les saines habitudes de vie, le dépassement de soi ; ça valorise plein de belles valeurs », nous explique Thierry Raymond.

L'événement de samedi a accueilli près de 200 personnes, incluant les coureurs, leurs familles et le public. Le prochain raid aura lieu à Notre-Dame-du-Laus dans les Laurentides en mai ; celui-ci en sera un de huit heures. Avis aux sportifs avertis...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer