Bishop atteint les demi-finales au 800 m

Bishop est la médaillée d'argent en titre dans... (Agence France-Presse)

Agrandir

Bishop est la médaillée d'argent en titre dans cette épreuve, et elle avait terminé quatrième l'an dernier aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Melissa Bishop a évité le pire et s'est qualifiée pour les demi-finales au 800 mètres jeudi aux Championnats du monde d'athlétisme.

L'Ontarienne âgée de 29 ans, originaire d'Eganville, a été accrochée et a failli chuter, mais elle est parvenue à maintenir son équilibre pour compléter la distance en deux minutes et 1,11 seconde.

« C'était comme des autos tamponneuses sur la piste », a déclaré Bishop à propos de l'incident.

« Je suis restée calme, et je me suis dit "je ne suis pas tombée, je suis O.K." » et j'ai continué mon parcours. »

Bishop est la médaillée d'argent en titre dans cette épreuve, et elle avait terminé quatrième l'an dernier aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

Elle a abaissé son propre record canadien il y a quelques semaines à Monaco, en réalisant un temps de 1:57,01.

Au 400 m haies, l'Albertaine Sage Watson, qui a remporté l'épreuve dans la NCAA en juin, a terminé au sixième rang.

« J'ai simplement foncé, tu dois te pousser et voir ce que tu peux accomplir, et c'est ce que j'ai fait ce soir, a mentionné Watson. J'aurais aimé surclasser mon meilleur temps personnel et évidemment j'aurais aimé avoir une médaille, mais c'est ma première expérience en finale des Championnats mondiaux à ce niveau et je vais continuer de m'améliorer. »

Les Américaines Kori Carter et Dalilah Muhammad ont réussi un doublé, tandis que la Jamaïcaine Ristananna Tracey a terminé troisième.

Carter a accéléré à 100 mètres pour ne plus regarder derrière par la suite. Elle l'a emporté en 53,07 secondes, 43 centièmes de mieux que Muhammad. Tracey a stoppé le chrono à 53,74.

Au 200 mètres féminin, la Torontoise Crystal Emmanuel s'est qualifiée pour la finale en terminant troisième de sa vague grâce à un chrono de 22,85. Elle est ainsi devenue la première Canadienne à atteindre la finale du 200 mètres aux mondiaux depuis Angela Bailey en 1983.

Emmanuel a été surprise à se parler à elle même par la caméra des diffuseurs avant la course, alors qu'elle se répétait son mantra : « Une bête. Simplement moi. »

« J'ai regardé la piste et tout ce que je voyais, c'était "la bête" et c'était moi », a raconté Emmanuel.

Du côté masculin, le Turc Ramil Guliyev a causé la plus grosse surprise des championnats jusqu'ici en devançant le Sud-Africain Wayde van Niekerk et le Botswanais Isaac Makwala.

Guliyev a tenu le coup dans la ligne droite et a signé un temps de 20,09. Van Niekerk a suivi en 20,11, tout comme Jereem Richards, de Trinité-et-Tobago. Van Niekerk a toutefois obtenu l'argent au photo-finish.

Âgé de 27 ans, Guliyev, un sprinteur natif de l'Azerbaïdjan peu connu qui a changé de nationalité il y a six ans, ne figurait même pas dans le top-10 cette année avant de duper ses adversaires au fil d'arrivée. Sa performance a causé beaucoup d'émoi parmi les 60 000 partisans réunis au Stade olympique, puisque plusieurs d'entre eux étaient venus pour voir Van Niekerk et Makwala se disputer la médaille d'or. « Ça ne m'a pas dérangé que l'attention soit tournée vers eux, a déclaré Guliyev. Peut-être que lors de la prochaine compétition, les gens viendront pour me voir à la place. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer