Retrouvailles familiales en vue aux Mondiaux juniors de water-polo

Aleksa Gardijan tentera de se tailler une place... (Étienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Aleksa Gardijan tentera de se tailler une place au sein de l'équipe canadienne qui participera aux championnats du monde à Budapest.

Étienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aleksa Gardijan est submergé d'examens scolaires à la veille de son départ vers l'Ouest canadien où un autre test important l'attendra, cette fois-ci dans l'eau.

Le joueur de water-polo de Gatineau se rendra à Calgary dimanche. Il tentera de se tailler une place au sein de l'équipe nationale senior qui participera aux championnats du monde en juillet, à Budapest.

À 19 ans, la recrue fera partie des plus jeunes espoirs à se batailler avec des vétérans pendant 10 jours sous le regard de l'entraîneur Giuseppe Porzio. Elle s'avère réaliste dans ses attentes.

« Je n'ai rien à perdre. Si je réussis, je fais le voyage en Hongrie et ce sera tant mieux. Si ça ne fonctionne pas, je vais avoir quand même acquis de l'expérience. »

Le garde de 6' et 190 livres sait déjà qu'il représentera au moins le Canada à un autre événement international durant l'été. Il fait partie de la formation inscrite aux championnats du monde juniors qui auront lieu du 1er au 13 août à Belgrade.

Une compétition qui aura une saveur différente pour sa famille et lui.

« Je suis né ici, mais mes parents viennent de la Serbie, raconte-t-il.

«Ça sera assez spécial. Pas mal tous mes cousins, cousines et grands-parents habitent à Belgrade ou en banlieue. Probablement que tout le monde viendra à nos parties. C'est comme ça chaque fois.»

C'est que Gardijan a déjà disputé à un tournoi en Serbie, il y a six ans. Il était membre à l'époque de l'équipe nationale cadette.

Une semaine qu'il n'a pas oubliée.

«Mes grands-parents étaient venus m'encourager à chaque partie. C'est une des seules fois que j'ai la chance de les voir.»

Son rôle est déjà bien arrêté en vue des Mondiaux juniors. Il s'agira du même qu'il a dû remplir l'été dernier lorsque le Canada a mis la main sur l'or aux championnats panaméricains.

«Je vais surtout surveiller le centre adverse. C'est un rôle défensif, mais important», explique-t-il.

Gardijan et ses coéquipiers se retrouveront dans un groupe complété par l'Italie, la Hongrie, l'Égypte et l'Afrique du Sud. L'alignement canadien s'avère identique à celui de l'an dernier.

«C'est excitant de savoir que c'est la même équipe. Nous sommes assez forts», a soutenu le produit du club de water-polo de Gatineau.

Mais est-ce que le Canada sera assez redoutable pour se faufiler jusqu'au podium ? La réponse, on l'aura dans deux mois et demi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer