Ariane Bonhomme pédalera aux Jeux du Canada

Ariane Bonhomme a livré une grosse performance au... (Courtoisie)

Agrandir

Ariane Bonhomme a livré une grosse performance au Grand Prix de St-Raymond, juste avant le Grand Prix cycliste de Gatineau.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois courses, trois victoires. Sa récompense ? Ariane Bonhomme représentera le Québec aux Jeux du Canada en août prochain à Winnipeg.

« J'ai déjà hâte. J'ai entendu tellement de bonnes choses au sujet des Jeux », lance la cycliste de Gatineau au bout du fil, lundi, au lendemain de son triplé au Grand Prix de St-Raymond, dans la MRC de Portneuf. Elle a gagné l'épreuve sur route de 65 km disputé le samedi puis le contre-la-montre et le critérium, tous deux tenus dimanche.

La Fédération des sports cyclistes du Québec (FQSC) s'est servie de ce rendez-vous printanier en tant que sélection. Bonhomme était la favorite, elle qui s'avère double championne canadienne en titre chez les moins de 23 ans.

Sa plus récente performance arrive à un bon moment.

L'athlète âgé de 22 ans s'apprête à prendre le départ de l'une des compétitions les plus importantes à ses yeux en 2017. Elle défendra les couleurs de son équipe The Cyclery au Grand Prix cycliste de Gatineau. D'abord lors du contre-la-montre vendredi soir puis la course sur route le lendemain dans le parc de la Gatineau. « Courir à la maison, sur des routes qu'on connaît, c'est toujours le fun », avoue Bonhomme.

Mais ce fut tout, sauf une partie de plaisir lors de ses trois participations précédentes à cet événement sanctionné par l'Union cycliste internationale (UCI).

L'an dernier, elle avait dû se contenter du 50e rang lors de la course sur route. En 2014 et 2015, elle n'avait pu rallier le fil d'arrivée.

« Le peloton sera très relevé. Il y a plusieurs équipes ayant couru au Tour de la Californie qui viendront ici. Ça va être une des courses les plus difficiles depuis que je participe au Grand Prix, commence par dire Bonhomme.

«Tu apprends de chacune de tes courses», ajoute-t-elle.

La leçon qu'elle tire jusqu'ici au GP de Gatineau ? «Il y a deux ans, c'était la première fois que je prenais le départ d'une course qui était présentée plus tard dans la journée, lors de l'heure de la sieste. Je m'entraîne habituellement tôt le matin. Là, j'étais sur la ligne de départ et j'étais sur le point de dormir !

«L'an passé, la même chose m'est arrivée.»

Pas question à ses yeux de tomber dans le même piège.

«J'ai commencé la semaine dernière à m'entraîner plus tard vers 16 h et 17 h. Je n'ai rien fait plus tôt durant ces journées pour simuler ce qui m'attendra.»

Reste à voir maintenant si le résultat sera différent.

Le Grand Prix cycliste de Gatineau ne sera pas sa seule sortie de la saison en Outaouais. Bonhomme cherchera à défendre ses titres au contre-la-montre et à l'épreuve sur route aux championnats canadiens qui auront lieu à nouveau dans la région du 24 au 28 juin. Elle compte s'y pointer au sommet de sa forme.

«J'ai des courses qui m'attendent toutes les fins de semaine d'ici les championnats, dont certaines aux États-Unis», note-t-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer