Un retour émotif attend Brinck-Croteau

L'athlète âgé de 31 ans participera aux championnats... (Courtoisie)

Agrandir

L'athlète âgé de 31 ans participera aux championnats canadiens du 21 au 23 avril qui se tiendront au complexe Branchaud-Brière.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maxime Brinck-Croteau est incapable de se souvenir de la dernière fois qu'il a tiré dans son patelin.

« Doux Jésus Seigneur... Je ne me souviens plus », laisse tomber l'escrimeur originaire de Gatineau au bout du fil. Vingt-septième aux Jeux olympiques l'an dernier à Rio, l'athlète âgé de 31 ans se prépare à effectuer un retour en Outaouais. Il participera aux championnats canadiens du 21 au 23 avril qui se tiendront au complexe Branchaud-Brière.

« Ça va être spécial. Je me suis entraîné pendant 15 ans de l'autre côté du parking, dans un local de la polyvalente Nicolas-Gatineau », a souligné Brinck-Croteau, un produit du club du Masque de fer qui s'est expatrié en 2011 afin de poursuivre sa carrière sur la scène internationale.

Ce dernier a d'abord vécu en Chine avant de déménager à Toronto, il y a deux ans et demi. Là-bas, il peaufine sa technique au sein du club Vango tout en enseignant aux plus jeunes épéistes.

Brinck-Croteau a signé son meilleur résultat en carrière en Coupe du monde l'automne dernier, terminant 16e à Berne, en Suisse. Il se prépare à attaquer en juillet les championnats du monde prévus en Allemagne.

« Oui, je reviens à Gatineau en espèce de vedette. Je suis allé aux Jeux. Je suis un des meilleurs. Mais dans ma tête, je suis encore le jeune de 13 ans qui s'entraînait à Nicolas-Gatineau. Le négligé qui essaie encore de percer. Ça va être très émotionnel. »

Pas question de verser de larmes durant la compétition. Ce n'est pas son genre.

« J'ai un style froid  sur la piste. Je ne laisse pas paraître mes émotions. Je ne crie jamais. Je garde ça à l'intérieur. Mais oui, je vais être émotif. Gatineau, c'est là où je me suis entraîné la majorité de ma vie. »

C'est aussi où ses parents habitent toujours. La chambre de son enfance l'attend pour le séjour, mais pas son lit.

« Je suis parti avec le lit lorsque j'ai déménagé », lance Brinck-Croteau en riant. Il sait quel genre d'accueil sa mère va lui réserver.

« Je vais m'assurer que la valise de mon véhicule est vide. Chaque fois que je visite, je repars avec plusieurs soupers préparés par ma mère, dont des poulets déjà marinés. Je lui dis chaque fois que je n'ai pas besoin... je suis capable de cuisiner. »

Maxime Brinck-Croteau se pointera aussi à Gatineau avec un nouveau titre à son nom. Celui de fiancé. Il a demandé la main de son amie de coeur Mariette Lee, il y a quelques semaines.

Le couple a annoncé la bonne nouvelle sur les réseaux sociaux le... 1er avril. « C'était un peu voulu », avoue monsieur, qui aime bien garder ses amis sur le qui-vive.

En plus de renouer avec parents et amis et de participer aux championnats canadiens, Brinck-Croteau sera un des quatre athlètes olympiques en vedette lors de la Foire à l'escrime, le 20 avril. Le grand public sera invité à essayer ce sport sur l'heure du dîner sur la rue Sparks, à Ottawa.

L'événement visera à souligner la semaine de l'escrime au Canada.

« Quelques politiciens seront sur place. Nous espérons inviter le premier ministre Trudeau à venir tirer avec nous », souligne Brinck-Croteau.

Plus de 475 escrimeurs sont inscrits en vue des championnats canadiens. 

Le Masque de fer, qui fête son 20e anniversaire, agit en tant que club hôte.

Plusieurs de ses athlètes seront à surveiller, dont Christophe Lavoie, champion national en titre, et Pascal Heidecker, membre de l'équipe nationale. Les espoirs Mathieu Goyette et Ariane Poirier, médaillés aux Jeux du Québec, tenteront de monter sur le podium.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer