Coupe Canada: Gagné frappe un mur, Imbeau-Dulac se lève

Philippe Gagné a terminé au 20e rang ce... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Philippe Gagné a terminé au 20e rang ce qui ne lui permet pas de se qualifier pour les finales de ce week-end.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une nouvelle journée, une autre déception à la piscine du Centre sportif de Gatineau. Le jeune Philippe Gagné, une des vedettes montantes du plongeon au pays, n'a pas été capable de franchir la ronde préliminaire au tremplin de trois mètres.

Le jeune homme de 19 ans n'est pas au sommet de sa forme. On ne connaît pas exactement la nature des blessures qui l'ont ralenti, vendredi. En écoutant son grand ami François Imbeau-Dulac, on comprend que c'est sérieux.

« La vie d'un plongeur, c'est des montagnes russes. En Chine, il y a quelques semaines, je me sentais un peu comme Philippe se sent aujourd'hui. C'était la grosse misère », raconte-t-il.

Gagné a pris le 11e rang, au tremplin de 3 mètres, lors des Jeux olympiques de Rio.

À Gatineau, il s'est contenté de la 20e position.

« J'étais dévasté après son épreuve, commente Imbeau-Dulac. Je refusais de regarder ses plongeons. Ça me faisait une crotte sur le coeur ! Je suis rentré au vestiaire. Je ne pouvais même pas regarder son épreuve. J'avais les larmes aux yeux pour lui ce matin. »

Le jeune Gagné ne manque clairement pas de soutien.

Imbeau-Dulac a défendu l'honneur du Canada en son absence.

L'athlète qui réside à Montréal s'est facilement qualifié pour la finale. « J'ai juste été constant, soutient-il. J'ai vraiment fait 12 plongeons sur ma tête. Rien de merveilleux. J'ai fait juste ce qu'il fallait pour passer en finale. »

En rentrant à l'hôtel, l'expérimenté athlète de 26 ans s'est empressé de rendre visite à son jeune coéquipier.

Il forme, avec Gagné, une équipe lors des épreuves synchronisées.

« J'ai mes Advil, j'ai mes Tylenol. J'aime beaucoup jouer le rôle du grand frère. Philippe, c'est un de mes meilleurs amis. Je veux son bien. »

Le duo pourrait bien choisir de faire l'impasse sur les épreuves en synchro de samedi.

Si c'est le cas, Imbeau-Dulac pourra consacrer un peu plus de temps à ses autres occupations. « J'ai un énorme projet d'école à remettre jeudi prochain. Je n'ai pas encore commencé. Je crois que je vais aller m'asseoir dans un café, près d'ici, pour étudier », explique-t-il.

Benfeito insatisfaite

La fatigue et l'inconfort sont des thèmes communs chez tous les membres de l'équipe canadienne qui passent la semaine en Outaouais.

Meaghan Benfeito se plaignait aussi d'avoir « mal partout » quand elle s'est pointée devant les journalistes, vendredi après-midi. Elle venait pourtant de se qualifier pour la finale à la plateforme de 10 mètres.

« La journée a été très longue, je ne peux pas mentir. Les préliminaires n'ont pas été de mon bord. J'avais vraiment de bons départs, au grand plaisir de mon entraîneur. Les entrées à l'eau ne fonctionnaient juste pas. Je ne suis pas capable de mettre le doigt sur le bobo. J'essaie juste de me concentrer sur autre chose que les entrées. Ça s'est un peu mieux passé en demi-finale, mais je ne suis toujours pas satisfaite », dit la médaillée de bronze des Jeux de Rio.

« La fatigue s'accumule parce que les compétitions s'enchaînent. Je suis quand même contente de me qualifier pour la finale. »

La Coupe Canada se poursuit et se termine ce week-end. Une dizaine de finales seront présentées au Centre sportif, samedi et dimanche.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer