Petits conseils pour apprécier notre sport

L'ancienne coéquipière de Roseline Filion, Pamela Ware, en...

Agrandir

L'ancienne coéquipière de Roseline Filion, Pamela Ware, en action à Gatineau.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roseline Filion

Collaboration spéciale

Le Droit

CHRONIQUE - COLLABORATION SPÉCIALE / Assister à un événement sportif en direct est certainement une expérience à vivre plusieurs fois dans une vie.

Lors d'une partie de hockey, on ne se casse jamais trop la tête à essayer de comprendre ce qui se passe sur la glace. On dirait que les règlements sont ancrés en nous. Même chose pour le soccer, le football et le baseball. Au quotidien, ces sports sont décortiqués par des experts. Ce qui fait qu'une fois rendu sur place, le spectacle est plus facile à apprécier. 

Quand arrivent les sports amateurs, c'est légèrement différent. Heureusement, lors de grands évènements comme les Jeux olympiques, diffusés sur plusieurs chaînes de télévision, les téléspectateurs ont l'expertise d'un commentateur qui prend bien soin d'analyser et de vulgariser les complexités des sports. Il demeure quand même difficile de développer son regard critique et de bien apprécier les performances lorsque nous assistons à une compétition.

Le plongeon est un des sports les plus regardés aux Jeux olympiques et il bénéficie également d'un temps d'antenne annuel privilégié. Quand un événement d'envergure arrive en ville, les estrades ne sont pas difficiles à remplir parce que la beauté du sport est ce qui attire le plus les gens. Alors, pour ceux qui se déplaceront pour assister à une compétition prochainement, je dresse une liste de choses à regarder pour mieux comprendre le sport. Avec ces précieux conseils, vous serez bien armés pour impressionner vos voisins néophytes du plongeon. 

Le plus important en plongeon, c'est l'entrée à l'eau. Le moins d'éclaboussures, le mieux. Dans le jargon du plongeon, on parle du « rip » ! Le mot représente le son émis par une entrée réussie. Après chaque plongeon, un athlète obtient une note sur 10. Tout ce qui tourne autour du 7 ou 7,5 est raisonnable. Pour se démarquer et remporter de grandes compétitions, il faut aller chercher une moyenne de 8,5 même de 9. 

Au niveau technique, on veut voir une bonne hauteur de saut. Il faut idéalement commencer la rotation en montant vers le haut plutôt qu'au même niveau du tremplin. Le départ dicte comment le plongeon va se terminer. S'il commence en difficulté, il finira en difficulté.

On veut aussi une position parfaite dans les airs. Que ce soit une toute petite boule pour la position groupée ou le corps complètement collé sur les jambes très tendu pour la position carpée.

Pour réussir une entrée, il faut évidemment être le plus vertical possible. On voit, à l'occasion, des plongeurs légèrement à court de verticales réussir une entrée « ripée ». Ce sont des athlètes très doués en matière de solidité du corps au contact de l'eau. 

Pour les plongeons en équilibre sur les mains, effectués à partir d'une plate-forme, il faut maintenir un minimum de trois secondes avant de lancer le plongeon. Le but est de démontrer un grand contrôle de l'équilibre avant l'exécution.

Bref, pour savoir si un plongeon est bien réussi, il faut qu'il ait l'air facile, fluide et qu'il donne l'illusion que c'est possible pour tout le monde de le faire. 

À partir de là, vous serez en mesure de mieux apprécier les figures et de discerner les complexités du plongeon.

Jeune retraitée du sport, la médaillée olympique Roseline Filion agit à titre d'ambassadrice de la Coupe Canada de plongeon. Elle profite de son passage en Outaouais pour signer quelques textes dans nos pages.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer