Une médaille d'or pour finir en beauté

Valérie Grenier (au centre) a devancé les Ontariennes... (COURTOISIE CANADA ALPIN)

Agrandir

Valérie Grenier (au centre) a devancé les Ontariennes Candace Crawford et Ali Nullmeyer au slalom géant des championnats canadiens de ski alpin.

COURTOISIE CANADA ALPIN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Valérie Grenier aurait pu déclarer forfait et se contenter de passer le week-end au bas des pentes. Elle aurait pu donner un peu de répit à ses tibias qui ont recommencé à la faire souffrir.

Elle a plutôt décidé de donner un dernier coup de coeur, d'autant plus que les championnats nationaux étaient présentés à Tremblant, sur « sa » montagne.

La jeune femme de Saint-Isidore, dans l'Est ontarien, a été récompensée pour son courage. Dimanche, elle a été sacrée championne canadienne de slalom géant.

« Je ne pouvais pas demander mieux. Cette médaille d'or me rend heureuse », a-t-elle déclaré, au bout du fil, quelques minutes après sa dernière descente.

Grenier a profité des conditions de glisse idéale, en début de journée, pour réussir le chrono le plus rapide lors de la première descente.

La piste était un peu moins rapide, plus tard en journée. Elle a pris le deuxième rang lors de la deuxième descente. Ça lui a permis de terminer au premier rang lors du classement cumulatif.

Belle façon de conclure une saison devant ses parents, deux tantes, un oncle, trois cousins et « plusieurs amis que je me suis faits ici au fil des ans ».

Bien qu'elle ait grandi en Ontario, la jeune skieuse a passé sa jeunesse sur les pistes de Tremblant.

La médaille d'or lui permet de terminer sa saison sur un point d'exclamation. Elle permet aussi de bien clore sa semaine. Mardi, Canada Alpin lui a décerné le titre d'athlète féminine de l'année.

Ce n'est pas rien. Chez les hommes, cette distinction revient au vétéran champion du monde de super-G, Érik Guay.

Grenier estime avoir connu une bonne saison.

« J'ai fait une 16e place en descente à Lake Louise au début du mois de décembre. C'était la première fois que je perçais le top-30. En plus, c'était le fun de faire ça chez nous, au Canada. »

BLESSURE

Parlons de la blessure, maintenant.

Valérie Grenier a commencé à éprouver des ennuis avec ses tibias l'an dernier. « On s'appelle ça le syndrome des compartiments », explique-t-elle.

Après avoir consulté plusieurs spécialistes dans la saison morte, elle croyait bien que ses problèmes étaient derrière elle. « Dans la première moitié de la saison, je n'avais pas mal du tout. Tout allait bien. Je pouvais prendre part à toutes les épreuves du circuit de la Coupe du monde. »

« J'en ai peut-être fait too much. La douleur a commencé à revenir plus tard durant la saison. J'ai été obligée d'alléger mon calendrier. »

C'est pourquoi elle n'est pas fâchée de voir la fin de saison arrivée. « Ça va me faire du bien, pendant quelques semaines, de ne pas avoir à chausser mes bottes de ski. »

Le repos pourrait quand même être de courte durée. Les camps d'entraînement pour la saison 2017-18 doivent commencer aux environs du 20 avril, sur le continent européen.

Une saison qui s'annonce importante pour la jeune femme qui rêve d'une participation aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Courte piste : les Gatinois brillent

Les athlètes de l'Outaouais ne se sont pas contentés de faire acte de présence, ce week-end, lors des Championnats canadiens de l'Est en patinage de vitesse sur courte piste.

Le Gatinois Cédrick Brunet a même réussi à grimper sur la plus haute marche du podium à deux reprises, lors de cette compétition qui était présentée pratiquement chez lui, au complexe récréatif Bob McQuarrie d'Ottawa.

Brunet, qui est âgé de 16 ans, a d'abord remporté l'épreuve du 200 mètres dans sa catégorie d'âge. En finale, il a franchi la distance en 19 secondes et 32 centièmes.

Il s'agit d'une belle performance pour celui dont le père, Michel, a déjà représenté le Canada en patinage artistique aux Jeux olympiques. 

Il a été un des deux seuls garçons à franchir cette distance sous la barre des 20 secondes.

Il a ensuite signé le meilleur chrono sur 400 mètres, franchissant cette distance en 36,44 secondes.

Sur cette distance, son concitoyen Sébastien Piché l'a suivi au fil d'arrivée. Il a pris la deuxième place avec un chrono de 37,01 secondes.

Sur 1500 mètres, Brunet et Piché ont pris respectivement les troisième et quatrième positions.

Les deux Gatinois ont aussi fait partie de l'équipe qui a remporté le relais sur 3000 mètres.

Chez les jeunes dames, la compétition a également été dominée par une Québécoise.

Elsa Lebel a remporté le 200 mètres avec un chrono de 21,9 secondes. Elle a ensuite pris le deuxième rang lors des épreuves de 400 et de 1500 mètres. Chaque fois, elle a été devancée par une autre patineuse de la Belle Province.

Deux clubs locaux de patinage de vitesse, les Pacers d'Ottawa et les Concordes de Gloucester, accueillaient cette année cette importante compétition pour les athlètes de la relève.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer