Dernière, mais heureuse

Laura Leclair... (Martin Roy, archives Le Droit)

Agrandir

Laura Leclair

Martin Roy, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sa mère se trouvait derrière le volant du bolide familial. C'était direction Chelsea après un week-end mémorable à Québec.

Laura Leclair venait de participer à ses premières courses en carrière sur le circuit de la Coupe du monde de ski de fond. Trois jours, trois courses dans la Vieille Capitale.

« J'ai adoré l'expérience. C'est sûr que je n'allais pas là-bas en quête de performances. Simplement de courir avec les meilleurs athlètes au monde, c'est fou. J'ai surveillé ce qu'ils faisaient au quotidien, quand ils allaient se changer, quand ils allaient en piste pour tester leurs skis. Ils font la même chose que moi, mais un peu mieux ! »

Leclair, 20 ans, était de bonne humeur, même si elle venait de terminer 67e et avant-dernière à la poursuite de 10 km. La veille, elle avait fini au dernier rang lors du départ de masse du 10 km de style classique.

« Dans le fond, ça ne me dérange pas », a-t-elle lancé au bout du fil.

« Je me retrouvais quand même en Coupe du monde. Puis la foule était tellement derrière les athlètes. Même si j'étais dernière, les gens n'arrêtaient pas de m'encourager. Ça m'a vraiment donné le goût de finir la course. »

« En aucun moment, j'ai pensé à arrêter. »

Ce qui l'a touchée ?

« Tous mes amis m'attendaient au fil d'arrivée », a relaté Leclair.

« Je ne vais pas oublier. Personne n'oublie sa première fois en Coupe du monde », a-t-elle ajouté du même souffle.

Deux autres skieuses de l'Outaouais ont participé à ces finales présentées à Québec. Katherine Stewart-Jones, du club Nakkertok, a terminé 58e à la poursuite tandis que Sophie Carrier-Laforte, de Skinouk, s'est pointée en 63e position.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer