Curling: un réveil brutal attend Ménard

Le skip originaire d'Aylmer, Jean-Michel Ménard... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Le skip originaire d'Aylmer, Jean-Michel Ménard

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son premier match au Brier sera contre le champion en titre Kevin Koe. Puis la prochaine joute l'opposera au champion olympique en titre Brad Jacobs.

Le skip d'Aylmer, Jean-Michel Ménard, aura un horaire cruel pour entamer le Brier, samedi, à Saint John's. La capitale de Terre-Neuve présente le tournoi national pour la première fois depuis 1972.

« Nous affrontons deux des quatre équipes favorites pour commencer le tournoi », laisse tomber Ménard au bout du fil.

Ses coéquipiers Martin Crête, Éric Sylvain, Philippe Ménard et lui ont pris la direction des Maritimes, tôt jeudi matin. Le vétéran Pierre Charette va les accompagner à titre de substitut.

« Des fois, c'est bon de commencer le tournoi contre les grosses équipes. C'est assez tôt qu'elles n'ont pas encore bien saisi la glace », note Ménard.

Le champion du Brier en 2006 a l'habitude de devoir se relever les manches tôt à ce rendez-vous. « Ce sera ma dixième participation et ça doit faire sept ou huit fois que nous devons jouer notre première partie contre l'équipe qui a gagné ou perdu en finale l'année précédente », souligne-t-il.

Ce sera sa neuvième présence à titre de skip. Il avait agi en tant que deuxième en 2003 au sein du quatuor de Guy Hemmings. 

« Si nous gagnons un de ces deux premiers matches, ça pourrait bien avoir un effet boule de neige pour le reste de notre tournoi », mentionne Ménard.

Mais du même souffle, il demeure réaliste.

« Nous sommes meilleurs qu'il y a 10 ans. Sauf que les autres équipes sont encore meilleures que nous, ajoute-t-il. Le sport a tellement changé depuis les Jeux olympiques de 2010. Le gouvernement et les commanditaires injectent tellement d'argent. Tu as maintenant six à 10 quatuors qui font ça à plein temps, jouer au curling. Le commun des mortels comme nous qui utilise l'ancienne formule, qui essaie de faire son possible avec le temps qui lui reste dans son horaire, ça devient difficile. »

Pas juste un figurant

L'an dernier à Ottawa, Ménard et sa bande ont dû se contenter d'une fiche de 4-7.

« Je me considère un compétiteur. Je ne veux pas juste être un figurant au Brier. Je veux demeurer un aspirant au titre. Je ne veux pas revenir avec une fiche très négative. »

Sa formation n'a disputé qu'un match amical depuis sa conquête au championnat provincial le 15 janvier. « Nous avons pratiqué beaucoup. Nous avons mis les efforts nécessaires pour être prêts », dit-il.

Reste à voir si la santé sera du rendez-vous.

Le deuxième Éric Sylvain a subi une entorse au dos, il y a un mois.

« Il a glissé en pelletant, relate Ménard. Il a mis son dos à l'épreuve il y a deux semaines. S'il se réchauffe comme il le faut avant les parties, tout sera correct. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer