Faux départ pour Stroll en F1

Lance Stroll n'a effectué que 12 tours avant de... (Associated Press)

Agrandir

Lance Stroll n'a effectué que 12 tours avant de devoir remiser sa Williams pour la journée.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

MONTMELO - La première sortie de Lance Stroll en Formule 1 a été gâchée par un simple éclat qui s'est détaché de l'aileron avant de sa voiture.

Stroll, originaire de Mont-Tremblant, est sorti dès les premiers instants de la séance matinale, mardi, des essais hivernaux de Formule 1 sur le circuit de Catalunya, en Espagne, mais il n'a effectué que 12 tours avant de devoir remiser sa voiture Williams pour la journée.

Le Québécois a commis un tête-à-queue dans le virage no 9 qui a provoqué le premier drapeau rouge de la séance. 

Si tout se déroule bien, le pilote âgé de 18 ans, visiblement déçu de la tournure des événements, devrait être de retour en piste mercredi matin, ce qui n'était pas prévu initialement. Le coéquipier de Stroll, Felipe Massa, sera également en action. Stroll a tout de même disposé de suffisamment de temps pour signer un chrono d'une minute et 26,040 secondes.

À la pause du midi, il occupait le septième rang au sein du peloton de neuf pilotes, à 5,057 secondes du Britannique Lewis Hamilton.

Un grand prix à Montréal jusqu'en 2029

Le Grand Prix du Canada sera présenté à Montréal jusqu'en 2029, a confirmé le promoteur de l'événement, François Dumontier, mardi.

Il a révélé qu'il avait concocté quelques modifications à l'entente de 10 ans préalablement signée en 2014 avec Formula One Management (FOM). En juin dernier, l'ex-gestionnaire de la F1, Bernie Ecclestone, avait remis en question la pérennité du Grand Prix du Canada puisque les travaux de modernisation des garages, de la tour de contrôle et de l'antenne médicale du circuit tardaient à se mettre en marche.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a d'ailleurs laissé savoir, mardi matin, en entrevue sur les ondes de Radio-Canada que la prolongation du pacte jusqu'en 2029 était une condition sine qua non pour la mise en chantier du projet. Les nouveaux paddocks de la F1 coûteront finalement 18 millions de plus que prévu, soit près de 48 millions $, avait confirmé la ville de Montréal dans un document rendu public en décembre.

Ces dépassements seront épongés par le gouvernement du Québec, avait à l'époque soutenu la ville de Montréal. Le Grand Prix du Canada sera présenté les 9, 10 et 11 juin prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer