Porter l'Outaouais à bout de bras

Mathias Dupuis sera le premier haltérophile à représenter... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Mathias Dupuis sera le premier haltérophile à représenter l'Outaouais aux Jeux du Québec depuis 2007. Il participera à la 52e finale provinciale prévue du 24 février au 4 mars, à Alma.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nom de l'Outaouais n'a pas été appelé depuis 10 ans en haltérophilie aux Jeux du Québec.

Une disette qui va prendre fin sous peu. Tout ça grâce à Mathias Dupuis et son entraîneur Francis Desgagné.

L'ado âgé de 14 ans a obtenu son laissez-passer en vue de la 52e finale provinciale qui aura lieu du 24 février au 4 mars à Alma. «Je suis un peu nerveux. C'est une grosse compétition. C'est aussi l'inconnu pour moi», avouait-il, la semaine dernière, avant un entraînement au club Pur-Sang de Gatineau, situé non loin de l'aéroport.

Dupuis pratique l'haltérophilie depuis seulement novembre. «C'est tout nouveau», souligne-t-il.

Son premier amour, c'est le karaté. Il fréquente notamment le programme sport-études à la polyvalente Nicolas-Gatineau, ayant même participé à une compétition internationale l'an dernier en Croatie.

Mais à l'automne, l'athlète qui fait déjà 5'9'' a raté sa qualification en vue des championnats canadiens. Desgagné lui a proposé de tenter sa chance à l'épaulé-jeté et l'arraché. Que ça l'aiderait pour la suite des choses en karaté.

«L'haltérophilie va lui permettre d'aller chercher un côté explosif et de la coordination tout en l'aidant dans l'agilité de ses mouvements en kata», explique le coach.

Son jeune élève a répondu en terminant premier de sa catégorie des moins de 62 kg lors d'une finale régionale, il y a deux semaines, à Lachute. Dupuis a réussi un sommet personnel avec des levées cumulatives de 92 kg.

Ce qui en fera un des favoris aux Jeux du Québec.

«Il a de bonnes chances d'aboutir sur le podium», concède Francis Desgagné.

Ce qui va favoriser la recrue?

«C'est un petit gars sérieux. Il sait comment gérer son stress grâce au karaté. Il a aussi participé à plusieurs compétitions. Ça l'aidera beaucoup.»

Mais il reste quand même un point d'interrogation.

Le plateau de compétition et l'ambiance s'avèrent bien différents dans son nouveau sport.

«En haltérophilie, tu ne te bats pas au plancher. Tu te retrouves en hauteur face à tout te monde. C'est le silence dans la salle quand tu tires. En karaté, tu as plusieurs tatamis et ça crie partout», souligne Desgagné.

Mathias Dupuis semble prêt à attaquer ce défi.

«Je suis déjà habitué à arriver très concentré à mes compétitions en karaté», note-t-il.

L'Outaouais a été représentée aux Jeux du Québec en haltérophilie de 1972 à 1983. Depuis ce temps, elle n'a eu des représentants que deux fois, soit en 1991 à Shawinigan puis en 2007 à Repentigny.

Ses athlètes avaient gagné six médailles, dont quatre fois l'or, en 1976 à Jonquière.

Nouveau visage pour la région

Danny Boivin dirigera une délégation pour la première fois de sa vie aux Jeux du Québec.

Le premier constat en jasant avec le nouveau chef de mission de l'Outaouais? Il se tient loin du jeu des prédictions. Pas question pour lui de fixer un objectif de médailles pour les 215 athlètes qui représenteront la région à la 52e finale provinciale à Alma.

«Ce n'est pas une priorité pour moi, dit-il.

Ce qui m'intéresse, c'est l'effort que les jeunes ont mis afin de se rendre aux Jeux. Je veux que nos athlètes s'amusent, qu'ils vivent les Jeux à fond. Je n'ai aucune attente par rapport aux performances.»

Puis Boivin, âgé de 27 ans, rappelle qu'il est nouveau. Qu'il ne connaît pas les athlètes, ni les entraîneurs et ni la compétition.

Cet ancien joueur de badminton collégial prend la relève de Guy Arcand, qui était à la tête de la délégation de l'Outaouais depuis 2001. Ce dernier a délaissé ses fonctions afin de joindre la direction générale du comité organisateur des prochains Jeux d'été du Québec, qui auront lieu en 2018 à Thetford Mines.

La région a récolté 51 médailles, dont 23 d'or, lors de la dernière finale hivernale en 2015 à Drummondville.

L'Outaouais alignera des athlètes dans 18 des 20 disciplines à Alma. Son absence à la boxe a de quoi surprendre avec le regain de popularité de ce sport à Gatineau et la Petite-Nation. «Nous n'avions pas d'athlètes dans la catégorie de poids aux Jeux», a expliqué Danny Boivin.

Le chef de mission finalisait lundi son choix du porte-drapeau. Une annonce est prévue dans les prochaines heures. Un premier groupe d'athlètes prendra le chemin du Saguenay tôt vendredi matin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer