Des Ravens aux Gee Gees

Jean-Emmanuel Pierre-Charles affrontera pour la première fois son... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Jean-Emmanuel Pierre-Charles affrontera pour la première fois son ancienne équipe depuis qu'il s'est joint aux Gee Gees.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-Emmanuel Pierre-Charles a roulé les dés, il y a 15 mois. Il a délaissé les Ravens de Carleton, la meilleure équipe de basket-ball universitaire masculin au pays. Une formation avec laquelle il avait gagné trois titres nationaux en trois saisons.

Tout ça afin de joindre les Gee Gees d'Ottawa, les grands rivaux de son ancien club. Le prix ? Il a dû rater la saison 2015-2016 au complet.

Voilà que mardi soir, l'attaquant franco-ontarien qui mesure 6'8'' affrontera ses amis devenus ennemis. Un match présenté au pavillon Montpetit qui opposera deux équipes invaincues en neuf parties jusqu'ici dans la conférence ontarienne.

Les Ravens sont classés premiers au pays, les Gee Gees deuxièmes. « Les premières minutes seront émotives, a avoué Pierre-Charles, lundi, après l'entraînement des siens.

« La pratique était plus intense qu'à l'habitude. Tout le monde est prêt pour cette partie-là. »

Pierre-Charles s'avère un morceau important des Gee Gees, dont le visage a beaucoup changé. Jadis une puissance offensive, elle aligne cette saison la meilleure défensive sur la scène nationale, allouant 60,2 points par partie.

Les Ravens misent sur le deuxième meilleur marqueur au pays en Connor Wood, auteur d'une moyenne de 22,8 points par match.

Parlons justement de Carleton.

« Je ne me voyais pas progresser autant que je souhaitais là-bas , affirme Pierre-Charles en parlant de sa décision de sauter la clôture.

« Je trouvais que le style de jeu des Gee Gees m'allait mieux. Que ça m'offrirait l'opportunité de devenir le joueur que je peux être. »

Le changement d'air lui a fait beaucoup de bien. L'ancien étudiant-athlète de l'école secondaire Franco-Cité possède une moyenne de huit rebonds par match, un sommet parmi tous les joueurs des deux clubs qui fouleront le bois franc mardi. Il a aussi inscrit en moyenne 15 points par partie.

« J'ai gagné le championnat à mes trois premières saisons à Carleton. Mais ça serait encore plus spécial de gagner un championnat ici car cela n'a jamais été réussi. Puis je joue un plus grand rôle chez les Gee Gees. »

Battre les Ravens dans les prochaines heures viendrait ajouter du piquant dans cette rivalité. Surtout que les deux clubs s'affronteront à nouveau dans deux semaines, le 3 février, cette fois-ci au centre Canadian Tire.

L'an dernier, plus de 10 000 spectateurs avaient assisté à la Classique de la capitale disputée au domicile des Sénateurs d'Ottawa.

Les Gee Gees misent sur un autre joueur francophone dans leur alignement. Le garde gatinois Malick Turenne dispute sa deuxième saison. Il est un ancien membre de l'équipe canadienne des moins de 16 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer