Jean-Michel Ménard retournera au Brier

Jean-Michel Ménard, Martin Crête, Éric Sylvain et Philippe... (Courtoisie, Curling Québec)

Agrandir

Jean-Michel Ménard, Martin Crête, Éric Sylvain et Philippe Ménard posent avec le trophée du championnat provincial.

Courtoisie, Curling Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il ne faut jamais compter les vieux renards pour battus.

Jean-Michel Ménard et ses coéquipiers l'ont encore fait. Dimanche, à Lévis, ils ont remporté le championnat provincial de curling pour une cinquième année consécutive.

Ils représenteront donc le Québec au Brier pour une cinquième année consécutive.

Cette victoire a quand même un petit quelque chose de spécial. Jamais un triomphe sur la scène provinciale n'aura été aussi difficile à obtenir.

Vers la fin de la première ronde, tout le monde croyait que les champions en titre étaient éliminés. Avec sa fiche de 3-3, Ménard ne croyait même plus en ses chances. Le skip avait rangé son équipement. Il était prêt à rentrer à Gatineau.

Une formation rivale n'avait qu'à réussir un coup de routine pour le sortir de la compétition. Pour des raisons qui demeurent nébuleuses, elle a échoué. Cela a permis aux représentants de l'Outaouais d'accéder, par la porte arrière, à un match de repêchage.

La suite, dit Ménard, fut digne d'un scénario hollywoodien. Son équipe s'est mise à tout faire correctement. Elle a signé sept victoires consécutives pour compléter sa remontée.

« Ça fait trois-quatre jours qu'on est accotés au pied du mur, avec le couteau en dessous de la gorge. Nous n'avons pas encore pleinement réaliser l'ampleur de ce qu'on vient d'accomplir », a-t-il déclaré lorsque joint au téléphone en milieu de soirée.

« Je ne dirais pas qu'on jouait mal dans nos six premières parties. On ne jouait pas très bien non plus. Ce sont nos adversaires qui jouaient extrêmement bien. »

« J'ai comme l'impression que plusieurs équipes souhaitaient qu'on se fasse mettre dehors au terme de la ronde préliminaire. Quand nous avons eu notre break, l'histoire a changé. »

L'expérience a sans contredit été un atout de taille au cours du week-end. Le quatuor de Ménard n'a pas changé depuis bientôt six ans. Le troisième Martin Crête, le deuxième Éric Sylvain et le premier Philippe Ménard forment un groupe uni depuis 2011.

« On se connaît. On sait sur quel bouton appuyer quand ça va mal. On sait surtout ne pas quoi dire aux autres. La bonne chimie d'équipe, le fait qu'on se connaît bien, ça nous a aidés. Je ne suis pas certain qu'une équipe de première année aurait été capable de se relever comme nous l'avons fait. »

Reste maintenant à voir si la magie s'opérera toujours au Brier. L'édition 2017 du championnat canadien promet. Tous les billets seraient pratiquement déjà vendus. Cette année, ça va se passer du côté du Mile One Centre de St. John's.

« Je n'ai encore jamais visité Terre-Neuve. Je me suis fait dire qu'un Brier, là-bas, c'est quelque chose de particulier », dit celui qui voudra se relever. L'an dernier, à la Place TD d'Ottawa, Ménard et ses coéquipiers se sont contentés du septième rang.

« Nous n'avons pas si mal joué que ça l'an dernier, intervient le skip. Ça n'arrivait juste pas. Le facteur chance n'était pas avec nous. On va espérer que les étoiles s'alignent cette année. »

Mais ça, c'est pour plus tard. Pour l'instant, Ménard est attendu au boulot sur le coup de huit heures, lundi matin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer