De Haître et Blondin décrochent l'or

Vincent De Haître dit que cette victoire lui... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Vincent De Haître dit que cette victoire lui a permis de faire le «plein de confiance».

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Certains changements de stratégie sont payants. D'autres, moins.

Dans certains cas, les changements valent carrément de l'or.

Le patineur franco-ontarien Vincent De Haître a choisi de modifier son approche, dans la dernière semaine, à l'entraînement. Les résultats l'ont surpris lui-même. Samedi, au Kazakhstan, il a remporté sa première médaille d'or dans une épreuve individuelle sur le circuit de la Coupe du monde sur longue piste.

De Haître a complété l'épreuve du 1000 mètres en une minute, huit secondes et 90 centièmes. « En général, depuis le début de la saison, j'ai surtout travaillé sur mon endurance. Dernièrement, on s'est rendu compte que j'avais un peu de misère avec ma haute vitesse.Donc, dans la dernière semaine, nous avons surtout travaillé sur ma vitesse de pointe », a-t-il raconté lorsque joint à l'hôtel où il a passé le week-end.

La meilleure course en carrière du patineur originaire de Cumberland n'a quand même pas été de tout repos.

« Dans mon deuxième ou dans mon troisième pas, j'ai trébuché un peu. Ça m'a rendu nerveux. Quand j'ai commencé à patiner, ça s'est bien passé. Je suis sorti du premier virage avec une bonne vitesse. J'ai continué d'accélérer. J'ai essayé de garder en tête les bonnes sensations que j'avais à l'entraînement. À la fin du premier tour, je voyais que les choses allaient vraiment bien. Les nerfs ont un peu repris le contrôle. »

De Haître a quitté la patinoire heureux, avec sa médaille dorée autour du cou. Cette victoire, dit-il, lui a permis de faire le « plein de confiance ».

Ça ne lui a malheureusement pas permis d'obtenir d'aussi bons résultats, dimanche. Sur 1500 mètres, il a pris le 13e rang.

« J'avais une différente stratégie de course sur cette distance, explique-t-il. Avant, je partais très fort dans les 200 premiers mètres. Je relaxais après le premier tour pour conserver un peu d'énergie. Cette fois, je suis parti à fond pour ensuite voir combien de temps je pouvais maintenir l'intensité. Finalement, j'ai été capable de tenir le coup pendant 700 mètres... »

De Haître n'a pas été le seul athlète de la région à s'illustrer au Kazakhstan. Dimanche, sa coéquipière Ivanie Blondin a remporté l'épreuve du départ de masse.

« Le rythme de la course était très rapide et il y avait beaucoup de bousculade, mais je me sentais dans mon élément, je me sentais prête », a déclaré au fil d'arrivée la spécialiste. 

La patineuse d'Ottawa est la championne du monde en titre de cette épreuve.

Long voyage

Les membres de l'équipe canadienne de patinage de vitesse sur longue piste compléteront sous peu leur plus long déplacement de la saison. Avant de visiter le Kazakhstan, ils ont visité la Chine et le Japon.

« En Chine, nous avons pu découvrir ce que ça signifie de travailler dans la vraie pollution. Toute l'équipe se sentait un peu bizarre là-bas. Moi, j'avais mal à la gorge. Le Japon, par contre, au niveau culturel, c'est un des plus beaux pays à visiter. Les gens sont tellement gentils et respectueux... »

De Haître pourrait facilement y retourner d'ici quelques années. Aux dernières nouvelles, il jonglait avec la possibilité de représenter le pays aux Jeux olympiques d'été en cyclisme sur piste, à Tokyo, en 2020.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer