Saveur chinoise au Challenge de Gatineau

Le quatuor chinois qui a terminé quatrième aux... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le quatuor chinois qui a terminé quatrième aux Jeux olympiques en 2014 a perdu son premier match du Challenge de Gatineau, jeudi matin contre Jordan Chandler, du Nord de l'Ontario.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il était 7 h 42 quand Rui Liu et ses coéquipiers chinois ont mis les pieds au centre sportif Robert-Rochon. Non loin derrière eux, leur entraîneur franco-albertain et légende vivante du curling les suivait.

Un peu tout le monde était curieux de voir ce quatuor au Challenge de Gatineau, une étape du World Curling Tour (WCT) qui réunit 32 équipes élites jusqu'à dimanche en Outaouais. La formation asiatique, qui a terminé quatrième aux Jeux olympiques en 2014, disputait un premier match jeudi matin.

Une joute qu'elle a perdue 6-5 contre Jordan Chandler, du Nord de l'Ontario.

Gatineau s'avère le cinquième tournoi de Liu et ses amis qui complètent une tournée nord-américaine. Ils avaient gagné les grands honneurs, il y a un mois, à Surrey, en Colombie-Britannique.

« Après cette compétition-ci, les quatre gars vont retourner en Chine. Ils n'ont pas vu leur famille depuis le 12 septembre », a souligné Marcel Rocque, une demi-heure avant le premier match.

Ce dernier les suit partout. L'ancien premier du puissant quatuor de Randy Ferbey dans les années 2000 a été embauché en août afin de diriger l'équipe nationale masculine de Chine pour les deux prochaines années.

« J'avais déjà entraîné le quatuor pendant 10 mois menant aux Jeux olympiques de Sotchi », a-t-il souligné.

Rocque, 45 ans, est considéré une étoile montante chez les entraîneurs. L'ancien quadruple champion du Brier et triple champion du monde a passé les deux saisons précédentes à épauler l'équipe de Rachel Homan, d'Ottawa.

La décision de rejoindre les Chinois a été déchirante. D'abord, ça signifiait délaisser Homan et ses coéquipières. « L'équipe féminine numéro un au monde à ce moment-là », a précisé Rocque.

Puis il a dû prendre un congé sans solde de son emploi d'enseignant de français langue seconde dans une école secondaire d'Edmonton.

Un congé qui vient avec un prix. « Je perds ma classe. Donc quand je vais revenir à l'école, je ne sais pas ce que je vais enseigner exactement », a dit le principal intéressé, qui passera aussi beaucoup de temps loin de sa conjointe et ses deux filles.

Rocque accompagnera le quatuor chinois en Corée du Sud, le mois prochain, en vue des championnats de l'Asie et du Pacifique. « L'équivalent du Brier ici au Canada », a-t-il souligné.

Jusqu'ici, l'entraîneur et ses joueurs communiquent surtout en gesticulant des mains. Il y a bien un traducteur ici et là.

« J'essaie aussi d'apprendre quelques mots et expressions en mandarin. Mais ce n'est pas facile, a avoué Marcel Rocque. J'essaie d'utiliser certains trucs pédagogiques que j'utilisais en salle de classe pour communiquer. Puis nous avons réussi au fil du temps à créer une sorte de langage des signes pour se comprendre quand vient d'enseigner le jeu technique. » 

Liu n'aligne pas le seul quatuor chinois au Challenge de Gatineau. Un de ses compatriotes, Yi Hang Liangg, participe aussi au tournoi à triple élimination, subissant la défaite à deux reprises jeudi, s'inclinant 12-3 puis 11-0.

La première journée de compétition a été marquée par l'entrée en scène du favori local, Jean-Michel Ménard. Le skip d'Aylmer, qui fait équipe avec Martin Crête, Éric Sylvain et Philippe Ménard, a gagné son premier match en matinée contre Mark Homan, de Gatineau, avant de s'incliner 7-6 sur l'heure du souper contre Stuart Thompson, de la Nouvelle-Écosse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer