Course à oublier pour Lepage

Le Gatinois Alexis Lepage a pris le 26e... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Gatinois Alexis Lepage a pris le 26e rang lors des championnats du monde chez les moins de 23 ans, au Mexique.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il rêvait à une médaille, mais la seule chose dont Alexis Lepage a eu droit après avoir croisé le fil d'arrivée, ce fut un transport vers l'hôpital.

Le triathlète de Gatineau a terminé 26e jeudi à Cozumel, au Mexique, site des championnats du monde chez les moins de 23 ans. Une finale qui a été disputée sous une chaleur accablante.

« Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si chaud, à ce que mon corps réagisse si mal », a avoué Lepage au lendemain de sa dernière course de la saison. Il a passé six heures à l'hôpital afin de recevoir des injections par intraveineuse.

« Déshydratation extrême, carences en sucre et en électrolytes », a énuméré le principal intéressé au bout du fil.

En 2015, Lepage avait pris le huitième rang à ces championnats. L'année précédente, il avait obtenu le septième meilleur résultat.

Deux performances qui lui permettaient d'espérer une place sur le podium en sol mexicain.

Mais la réalité l'a vite rattrapée.

« Cette année, j'ai été souvent blessé, a rappelé Lepage. Je me suis cassé mon scaphoïde. J'ai eu des bursites. Je n'ai pas pu faire le volume d'entraînement que je voulais à la course à pied. »

Ce dernier avait notamment dû déclarer forfait en vue des championnats canadiens, qui avaient lieu à Ottawa en juillet.

Jorik Van Egdom, des Pays-Bas, a gagné le titre mondial, devançant le champion en titre Manoel Messias, du Brésil. Le Hongrois Bence Bicsak a complété le cercle des vainqueurs.

Lepage a terminé cinq minutes derrière ces trois médaillés.

Le coup d'envoi de la course a dû être repoussé d'une heure et demie en raison de la chaleur. La température ressentie flirtait avec le cap des 40 degrés Celsius.

« Je suis déçu des organisateurs, a soutenu Lepage. J'avais l'impression que nous étions des rats de laboratoire. Ils ont décidé de changer le parcours de vélo pendant la course. Nous ne savions pas où nous allions. Il y a eu des chutes un peu partout. Puis le parcours était tellement glissant.

«On aurait dit qu'ils voulaient des chutes juste pour le spectacle. C'était n'importe quoi.»

La bonne nouvelle ?

Alexis Lepage aura maintenant l'occasion de bien reposer son corps. Et sa tête.

L'entraînement sera mis sur la glace pendant les trois prochains mois afin de lui permettre de compléter six cours à l'université Laval.

«Je vais être plus étudiant qu'athlète durant ce temps-là. Ça va faire du bien aussi mentalement. Quand je reprendrai l'entraînement, je serai prêt à attaquer la nouvelle saison.»

Ça marquera alors le début de sa longue route qui l'amènera, espère-t-il, aux Jeux olympiques de 2020, à Tokyo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer