DeRozan à Toronto pour rester

DeMar DeRozan... (Chris Young, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

DeMar DeRozan

Chris Young, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
John Chidley-Hill
La Presse Canadienne

DeMar DeRozan savait qu'il n'allait pas quitter Toronto, son deuxième chez-soi.

L'arrière étoile originaire de Compton, en Californie, et les Raptors ont confirmé jeudi l'entente entre les deux parties, même si DeRozan n'a jamais vraiment testé le marché des joueurs autonomes. DeRozan a rencontré une seule équipe à une seule reprise, et c'était avec la formation canadienne qui l'a repêché au neuvième rang en 2009.

«Je suis Toronto, a dit DeRozan après une présentation élogieuse du directeur général Masai Ujiri. Sauf pour ma ville natale, c'est cette ville-ci que je représente le plus. Je veux encore accomplir plein de choses et j'ai hâte d'enfiler mon uniforme.»

La saison dernière, le Californien de six pieds sept pouces et 220 livres a dominé les Raptors avec une moyenne de 23,5 points par match, un sommet personnel et la huitième meilleure moyenne à travers la NBA. Il a aussi aidé les Raptors à atteindre la finale de l'Association Est pour une première fois dans leur histoire, baissant pavillon face aux Cavaliers de Cleveland, les éventuels vainqueurs du championnat.

Le nouveau contrat de DeRozan serait d'une durée de cinq saisons et d'une valeur de 139 millions $ US, selon plusieurs rapports.

En sept campagnes avec les Raptors, DeRozan affiche des moyennes de 18,1 points, 3,9 rebonds et 34 minutes de jeu par rencontre.

Autant DeRozan que Ujiri ont évité de parler des statistiques individuelles, se concentrant plutôt sur l'objectif de remporter le titre de la NBA.

«Tous ceux qui me connaissent savent que je suis loyal, a dit DeRozan, qui a d'ailleurs ce mot tatoué sur sa main gauche. Si vous me demandez de marcher au magasin avec vous lors d'une journée pluvieuse, je vais marcher vers le magasin avec vous. Sous la pluie. Point final.

«C'est comme ça que je suis. C'est comme ça que je vis.»

Ujiri était confiant de garder DeRozan chez les Raptors, même s'il savait que plusieurs équipes le courtiseraient sur le marché. Le d.g. des Raptors a louangé DeRozan pour avoir confirmé son engagement envers l'équipe, même quand il aurait pu toucher un salaire plus élevé ailleurs ou qu'il aurait pu rentrer chez lui et jouer pour les Lakers de Los Angeles.

«C'est remarquable de voir comment ça s'est passé. Ça en dit beaucoup sur lui. Je le respecte sincèrement pour ce qu'il a fait, a raconté Ujiri. Je pense que nous sommes dans une ville phénoménale. Il y a quelque chose d'unique ici. J'espère que je ne suis pas le seul à le ressentir.

«C'est ce qui est gratifiant. De voir des gars qui sont prêts à aller à la guerre ensemble face à 29 autres équipes. DeMar en fait partie.»

Les Raptors ont aussi confirmé l'embauche de l'ailier Jared Sullinger, jeudi. La saison dernière avec les Celtics de Boston, il a fourni en moyenne 10,3 points et 8,3 rebonds par match. Il s'agirait d'une entente d'une saison et 5,6 millions $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer