Le virus Zika n'effraie pas le canoéiste Mark Oldershaw

Mark Oldershaw... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Mark Oldershaw

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joshua Clipperton
La Presse Canadienne

Le Canadien Mark Oldershaw ne se séparera pas de sa famille à cause du virus Zika pendant les Jeux olympiques de Rio de Janeiro cet été.

Le canoéiste de 33 ans a remporté le bronze au C1 1000 m lors des Jeux de Londres en 2012 et pourra compter sur la présence de sa femme, l'ex-nageuse olympique Annamay Pierse, et de leur jeune fille pour l'encourager au Brésil.

«Je suis excité de savoir qu'elles seront dans la foule, a déclaré Oldershaw mardi lors d'un entretien téléphonique réalisé dans le cadre d'une campagne publicitaire de l'entreprise Pampers. Nous suivons la situation attentivement et tentons d'obtenir le plus d'informations possibles.»

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le Zika une urgence sanitaire mondiale en février. Le virus, qui est véhiculé par les moustiques, est sans danger pour la plupart des êtres humains, mais il peut entraîner d'importantes malformations congénitales et peut déclencher un rare syndrome qui peut entraîner la mort ou la paralysie temporaire.

La présidente du Comité olympique canadien (COC), Tricia Smith, a déclaré plus tôt ce mois-ci que l'organisation surveillait très attentivement l'évolution du dossier, surtout à l'approche de la cérémonie d'ouverture des JO, qui se déroulera le 5 août.

Entre-temps, un professeur canadien et plus de 200 de ses collègues ont rédigé une lettre ouverte destinée à l'OMS le mois dernier, dans laquelle on accuse l'organisation de ne pas prendre ses responsabilités en ne songeant pas à déplacer ou encore à carrément annuler cette manifestation sportive mondiale.

Si certains athlètes ont admis qu'ils hésitaient à se rendre au Brésil - certains ont même carrément annoncé qu'ils se retiraient -, d'autres comme Oldershaw ont indiqué que les plans de sa famille ne changeraient pas.

«Nous savons que le COC et le Comité international olympique suivent attentivement le développement de la situation et font tout en leur pouvoir pour s'assurer que ce soit un environnement sécuritaire pour les athlètes, a mentionné l'athlète originaire de Burlington, en Ontario. Je suis très confiant que l'environnement sera sécuritaire pour Annamay, (ma fille) Josephine et moi-même.

«Il faudra de toute évidence prendre des précautions supplémentaires, mais je crois que tout sera sous contrôle.»

Contracter une maladie pendant une manifestation sportive internationale ne serait cependant pas nouveau pour la famille d'Oldershaw. Pierse a attrapé la dengue après avoir été piquée par un moustique aux Jeux du Commonwealth de New Delhi, en Inde, en 2010.

Les symptômes ont été si importants que l'ex-détentrice d'un record mondial à la brasse a éventuellement dû prendre sa retraite de la natation.

«Nous prendrons des précautions supplémentaires en appliquant régulièrement un répulsif anti-moustiques et en portant des vêtements longs, mais c'est l'hiver au Brésil, alors les chances sont moins grandes (que nous soyons piqués par des moustiques), a dit Oldershaw. Nous ne pouvons tout contrôler, mais nous sommes très confiants.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer