UFC Ottawa: une autre première pour Létourneau

La spécialiste des arts martiaux Valérie Létourneau, lors... (David Boily, Archives La Presse)

Agrandir

La spécialiste des arts martiaux Valérie Létourneau, lors d'une pesée officielle l'an dernier à Montréal

David Boily, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La seule et unique fois qu'elle a mis les pieds dans la région, Valérie Létourneau avait encaissé une défaite.

Ça se passait en 2012, à Gatineau. «J'ai de la misère à me rappeler à quel endroit exactement», confesse la spécialiste des arts martiaux mixtes au bout du fil. Vérification faite, ce fut au Casino du Lac-Leamy. La combattante québécoise s'était inclinée par décision partagée devant la Brésilienne Claudia Gadelha durant un événement Wreck MMA.

«Mon seul combat en carrière dans un ring. Ce n'était pas à mon avantage», note-t-elle.

Les choses ont beaucoup changé pour Létourneau depuis quatre ans. Elle a fait le saut au sein de l'organisation UFC.

En novembre dernier, elle s'est même battue pour un titre mondial chez les poids paille. Un affrontement qui a tourné en faveur de son adversaire, la Polonaise Joanna Jedrzejczyk, en sous-carte du choc Rousey c. Holm en Australie.

Dans huit jours, la femme âgée de 33 ans disputera un premier combat depuis ce revers. Cette sortie aura lieu à Ottawa le 18 juin lors du premier gala UFC à se tenir dans la capitale nationale.

La Place TD affiche complet depuis déjà deux mois.

Létourneau (8-4-0) aura l'Écossaise Joanne Calderwood (10-1-0) devant elle dans l'octogone. «Une fille qui se présente vraiment pour se battre. Elle va foncer. Elle ne lâchera pas prise. Je m'attends à une guerre jusqu'à la fin avec elle», dit-elle.

Le genre de déclaration qui va plaire aux amateurs qui ont dépensé de gros sous pour obtenir leurs billets.

Habituée des premières 

Cette soirée sera marquée de plusieurs premières. Une d'elles? Il s'agira du premier combat de poids mouche dans l'histoire de l'UFC.

Une catégorie (125 livres) que réclame depuis un bout de temps Valérie Létourneau, qui a dû se battre tantôt chez les 135 livres puis les 115 livres.

De quoi la rendre heureuse.

Et comme elle le mentionne, elle s'avère une habituée des premières. «J'en ai fait des premières en tabarouette», lance-t-elle en riant.

La liste est longue, même. La première femme du Québec à se joindre à l'UFC, c'est elle. La première femme à se battre en arts martiaux mixtes en Ontario, c'est elle aussi.

Bref, une pionnière pour celle qui a commencé à pratiquer le kickboxing à l'adolescence. Au fil des ans, elle a ajouté du jiu-jitsu, du muay-thaï et de la lutte à son arsenal.

En 2012, Valérie Létourneau a pris une décision importante, délaissant Montréal afin de s'entraîner en Floride. Plus précisément à Coconut Creek.

«J'avais besoin de changement après 10 ans», a-t-elle indiqué. Ça et elle voulait s'entraîner avec d'autres combattantes.

Au Tristrar à Montréal, elle était la seule femme professionnelle.

«Puis, je ne tripe pas sur l'hiver, a-t-elle avoué. Je n'aime pas avoir ma batterie à terre neuf mois sur 12.»

Un choix qu'elle ne regrette pas.

«Chaque fois que j'amène ma fille à l'école le matin, j'y pense. Je ne manque pas ça de devoir démarrer mon auto dans le froid», a ajouté Létourneau.

Douze autres combats meubleront cette carte de l'UFC Fight Night à Ottawa.

La finale opposera deux des meilleurs poids mi-moyens, Rory MacDonald et Stephen «Wonderboy» Thompson. En demi-finale, le Québécois Patrick Côté se retrouvera face à l'Américain Donald Cerrone.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer