Beauchesne-Sévigny n'ira pas à Rio

Gabriel Beauchesne-Sévigny avait également été écarté des Jeux... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Gabriel Beauchesne-Sévigny avait également été écarté des Jeux olympiques de Londres en 2012, mais il avait participé à ceux de Pékin, en 2008. Il n'abandonnera pas la compétition pour autant.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En l'espace de deux petites journées et par un total de moins de quatre secondes, le rêve olympique de Gabriel Beauchesne-Sévigny s'est envolé en fumée dès la première des trois étapes devant le mener à Rio.

Le canoéiste gatinois originaire de Trois-Rivières et son partenaire Ben Russell ont terminé deuxièmes lors des deux courses de C2 masculin des essais nationaux tenus à Lake Lanier, en Géorgie, mercredi et jeudi.

Ils ont été devancés par le duo de Paul Bryant et Roland Varga lors de ce deux de trois sans lendemain, ceux-ci l'emportant par 2,854 secondes mercredi, puis par 0,990 seconde jeudi.

Il n'y a pas de repêchage pour tenter de se qualifier d'une autre manière, pas de course de la deuxième chance. C'est terminé pour eux.

«Lors de la course de jeudi, nous avions connu un bon départ, on suivait notre plan de match et on se retrouvait en avant avec 200 mètres à faire (à la course de 1000 m). On a fait un bon finish, mais les autres (Bryant et Varga) ont tout simplement été meilleurs que nous, il faut leur lever notre chapeau. Je n'ai pas de regret, on a donné tout ce qu'on avait», a raconté Beauchesne-Sévigny au lendemain de cette élimination du processus olympique.

«Il n'y a pas de mots pour décrire la déception ressentie quand nous avons franchi le fil d'arrivée et qu'on a réalisé qu'on ne représenterait pas notre région et notre pays à Rio», a-t-il ajouté.

Écarté également des derniers Jeux olympiques de Londres en 2012 alors qu'il était à ceux de Pékin en 2008, Beauchesne-Sévigny avait déjà décidé qu'il ne continuerait pas la compétition de haut niveau pour un autre cycle de quatre ans, lui qui est âgé de 31 ans. Il n'accroche pas sa rame pour autant dès maintenant après ce résultat décevant.

«Je n'ai pas encore décidé, mais je vais peut-être prendre part aux courses de C1 samedi pour le plaisir, alors que je suis déjà qualifié sur l'équipe nationale dans cette discipline. Pour le reste de la saison, je vais voir, il y a quelques courses au programme, mais mon calendrier va changer. Il n'y aura pas de Coupes du monde, ça, c'est certain. Je vais aller aux championnats canadiens. Pour le reste, je vais laisser tout ça décanter. Je ferai peut-être encore de la compétition l'an prochain et je vais m'impliquer avec les plus jeunes au club à Ottawa», a-t-il laissé entendre.

Son rêve olympique brésilien ne se réalisera peut-être pas, mais ça n'empêche pas Gabriel Beauchesne-Sévigny de se considérer comme un Olympien à part entière.

«Être Olympien, c'est une attitude. Depuis 2013 qu'on voulait être à Rio et nous avons connu de bons championnats du monde (9e l'an dernier) par la suite, on s'est amélioré chaque année. C'est ça, pour moi, être un Olympien, c'est travailler avec ardeur chaque jour afin de se donner les moyens d'atteindre un objectif et de repousser ses limites. Le résultat n'est pas une fin en soit là-dedans», a-t-il souligné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer