Volley-ball: Schmitt et ses acolytes en forme

La blessure de Gavin Smith est survenue à... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La blessure de Gavin Smith est survenue à un bien mauvais moment. Le Canada a dû se débrouiller sans ses services au début de l'année dans le tournoi de qualification olympique de la zone américaine.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Appelez-le maintenant le géant aux jambes d'acier.

Gavin Schmitt, c'était le gars tout souriant mardi midi au centre sportif de Gatineau. Ses coéquipiers de l'équipe canadienne de volley-ball masculin et lui ont repris l'entraînement cette semaine en vue du tournoi de la «dernière chance».

Sept pays convergeront vers le Japon à la fin du mois de mai. Ils se disputeront quatre laissez-passer en vue des Jeux olympiques.

«Je serai prêt», assure Schmitt, le joueur vedette de la formation canadienne qui se remet d'une opération majeure à la jambe droite.

Une fracture de stress au tibia a cloué au sol un des attaquants les plus explosifs au monde en janvier. Les médecins ont dû lui insérer une tige de métal dans l'os.

«On a percé un trou. On a poussé ça dedans et inséré deux vis..., a commencé par expliquer Schmitt du haut de ses 2,03 m (6' 8").

«Un peu comme les médecins l'avaient fait, il y a deux ans auparavant, pour ma jambe gauche», a-t-il ajouté quelques secondes plus tard en lançant quelques expressions médicales ici et là.

L'athlète âgé de 30 ans a offert une description de la chirurgie. Sa conclusion? Ce n'est pas jojo. Il avait fait l'erreur de visionner la bande vidéo d'une opération semblable avant de passer sous le bistouri la première fois.

«Cette fois-ci, je n'ai rien regardé», a-t-il lancé en riant.

Sa blessure est survenue à un mauvais moment. Le Canada a dû se débrouiller sans ses services au début de l'année dans le tournoi de qualification olympique de la zone américaine.

Une compétition à laquelle il était favori. Mais Cuba a surpris les coéquipiers de Schmitt en finale.

«Il nous manquait des joueurs. Nous n'étions pas en santé. Gavin était blessé et Nicholas aussi», souligne l'entraîneur-chef Glenn Hoag.

Le Nicholas en question, c'est un de ses fils. Un des morceaux importants de l'équipe.

La bonne nouvelle, le jeune Hoag se porte mieux. Même chose pour Schmitt, qui excelle notamment au service.

Vers une première en 24 ans?

Le Canada se tapera quelques parties hors-concours au Japon avant le début du tournoi. Il affrontera ensuite les sept autres pays en lice, dont la Pologne, l'Iran et la France.

«Ce n'est pas une mission impossible. Nous avons déjà vaincu ces équipes. Mais ça sera difficile, reconnaît Schmitt. La Pologne a gagné les derniers championnats du monde. La France, elle, a remporté les grands honneurs en Ligue mondiale.»

Puis il y a l'Iran, classé huitième au monde, deux rangs devant le Canada.

L'Australie, le Japon, la Chine et le Venezuela batailleront aussi pour les dernières places disponibles dans le tableau olympique. Toutes ces formations disputeront sept parties en neuf jours.

Le Canada, faut-il rappeler, n'a pas participé aux Jeux depuis 1992 à Barcelone. Une partie des joueurs de l'édition actuelle n'était pas encore née...

Sauf que cette génération-ci a collectionné des résultats impressionnants ces dernières années. Il y a eu cette cinquième place en Ligue mondiale en 2013 et une septième position aux championnats du monde en 2014.

Il ne reste qu'une participation olympique à mettre comme point d'exclamation.

L'équipe nationale resterait à Gatineau

Appelez-le maintenant le géant aux jambes d'acier. (Etienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Etienne Ranger, LeDroit

Gatineau sera bientôt fixé sur l'avenir du centre national d'entraînement de l'équipe masculine de volley-ball.

Volleyball Canada a confirmé au Droit qu'une conférence de presse aura lieu la semaine prochaine... à Gatineau. La formation nationale s'entraîne en Outaouais, plus précisément au centre sportif, depuis sept ans.

Le bail liant la Ville et la fédération canadienne viendra à échéance à la fin de 2016.

Trois villes ont soumis leur candidature afin d'être le domicile de «Team Canada» en vue du prochain cycle olympique, qui mènera vers les Jeux de 2020 à Tokyo, au Japon. Gatineau fait partie du lot.

«Je ne sais pas ce qui se passe de ce côté, a dit l'entraîneur-chef Glenn Hoag. Mais je serai bien surpris qu'on ne reste pas ici. Les gars aiment ça. Nous sommes bien traités.»

L'équipe masculine était hébergée à Winnipeg avant de déménager à Gatineau.

Plus tôt cette année, Volleyball Canada a annoncé le transfert de sa formation féminine, de Winnipeg à Richmond, en Colombie-Britannique, en vue de la saison internationale 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer