Beterbiev affrontera Maderna à son retour dans le ring

Artur Beterbiev... (La Presse)

Agrandir

Artur Beterbiev

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Complètement remis de l'intervention chirurgicale qu'il a subie à l'épaule, Artur Beterbiev remontera dans le ring face à l'Argentin Ezequiel Maderna, le 4 juin, au Centre Bell, soit près d'un an après son dernier combat.

Lors de ce dernier affrontement, le 12 juin dernier à Chicago, il avait vaincu Alexander Johnson par K.-O. technique au septième round pour les titres internationaux de la World Boxing Organization (WBO) et de la North American Boxing Association (NABA) des mi-lourds.

Beterbiev (9-0, 9 K.-O.) s'est blessé à l'entraînement en novembre. Après avoir été opéré, il a été contraint de se soumettre à une longue période de rééducation, mais il se dit maintenant complètement remis et plus que jamais prêt à reprendre le collier.

«Au début, j'avais des doutes, a admis Beterbiev par le truchement de son interprète, Dokk Dudayev. L'entraînement se passe très bien et je pense que je vais même être mieux qu'auparavant, puisque mon épaule m'a embêté pendant les deux années précédentes.»

«Ça a pris un certain temps pour qu'Artur redevienne l'Artur que je connaissais à son retour à l'entraînement, surtout parce que nous avons dû ramener la musculation de son épaule au même niveau qu'elle se trouvait avant l'opération, a indiqué son entraîneur, Marc Ramsay. Maintenant, je dirais que ça fait un mois et demi que ça ne fait plus partie de nos discussions. Les partenaires d'entraînement pourraient témoigner de sa force de frappe et de sa vitesse. Ça ne nous inquiète pas du tout.»

Adversaire expérimenté

En Maderna (23-2, 15 K.-O.), Beterbiev affrontera un adversaire qui a livré 100 rounds de plus que lui (126 contre 26), contre des adversaires de moindre qualité par contre.

«C'est un combat vraiment important pour moi, car je ne sais pas à quel niveau je suis à la suite de cette opération, a expliqué Beterbiev. Ça va être un bon test. Je vais tester mon épaule et voir ce que je pourrai faire ensuite.»

Les deux défaites de Maderna ont été subies aux mains de boxeurs classés: face à Edwin Rodriguez, par décision unanime en 2013, et face à Thomas Oosthuizen quelques mois plus tard.

Rodriguez est classé no 5 à l'International Boxing Federation (IBF) et au World Boxing Council (WBC). Oosthuizen devait se battre face à Jürgen Braehmer pour le titre WBA World en mars dernier, mais il combat présentement une dépendance aux drogues et à l'alcool et n'apparaît plus parmi les 15 premiers d'aucune association.

Il faut également noter que ces défaites sont survenues lors de ses seuls combats livrés à l'extérieur de l'Argentine.

«C'est un gars qui a un bon jab, une bonne technique et, ce qui est encore mieux pour nous, c'est un gars qui ne se sauve pas», l'a vanté Bernard Barré, vice-président.

Si cette année passée à l'extérieur du ring en raison d'une intervention chirurgicale à l'épaule droite lui a fait prendre un pas de recul dans sa quête d'un titre de champion du monde, Beterbiev entend prendre les bouchées doubles pour reprendre sa place sur l'échiquier mondial, puisqu'il livrera pas moins de trois combats d'ici la fin 2016.

Le mi-lourd est aspirant no 2 à l'IBF, no 4 de la WBO et de la World Boxing Association (WBA) - trois titres détenus par Sergey Kovalev - et no 6 du WBC, un titre qui appartient à son partenaire d'écurie Adonis Stevenson. Beterbiev estime n'être qu'à deux duels d'un combat de championnat du monde.

«Peu importe c'est qui, peu importe c'est quand: je n'ai pas de problème avec Artur Beterbiev, a souligné Ramsay. Je suis très, très confiant avec lui. J'ai bien hâte de voir le gars qui va vraiment le 'challenger'. Maintenant, on l'a lancé rapidement en boxe professionnelle, face à de gros noms, alors je n'ai pas beaucoup de rounds avec lui. C'est pourquoi tous les combats supplémentaires que j'aurai avec lui, ce sera du luxe. Nous sommes prêts à boxer contre n'importe qui, mais plus on peut faire de 'millage', le mieux c'est.»

Vers Kovalev

Comme Stevenson et son aspirant obligatoire, Eleider Alvarez, font également partie de Groupe Yvon Michel, on privilégiera les chemins menant à l'une des trois ceintures de Kovalev.

«On a décidé depuis un certain temps, au niveau stratégique, d'amener Eleider vers Adonis et Artur Beterbiev du côté de Kovalev, a expliqué Yvon Michel, président de GYM. Kovalev détient trois ceintures très intéressantes. À cause de sa blessure, il a pris un peu de recul, mais ce combat-là va nous permettre de repartir vers l'avant. Selon moi, à son prochain combat, il devrait être invité à livrer un combat éliminatoire.»

Alvarez (19-0, 10 K.-O.), le poids lourd Oscar Rivas (18-0, 13 K.-O.) ainsi que le super mi-moyen Sébastien Bouchard (12-1, 4 K.-O.), un nouveau venu chez GYM, se battront également le 4 juin. Leurs adversaires seront divulgués plus tard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer