Pas de Jeux pour Bérubé et Massie-Martel

La paranageuse Camille Bérubé... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La paranageuse Camille Bérubé

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Elle a amélioré des marques personnelles dans la dernière semaine, mais ce ne fut pas suffisant pour lui assurer sa place au sein de l'équipe canadienne. Camille Bérubé ne participera pas aux Jeux paralympiques en septembre à Rio.

La nageuse gatinoise a appris la nouvelle dimanche à la conclusion des sélections nationales, à Toronto. «Je suis un peu bouleversée pour le moment», a-t-elle indiqué dans un court échange écrit avec LeDroit.

Bérubé préfère attendre avant de commenter son exclusion de la formation. «Ç'a été une semaine émouvante», a-t-elle expliqué.

L'athlète âgée de 20 ans était de l'aventure des Jeux, il y a quatre ans, à Londres. Elle avait participé à cinq épreuves, terminant notamment en 11e place au 100 m dos.

En 2015, Bérubé a remporté trois médailles aux Jeux parapanaméricains, à Toronto.

Ce ne fut pas la seule nageuse francophone de la région à se retrouver le bec à l'eau.

Le sprinter Dominique Massie-Martel, d'Ottawa, espérait se tailler une place au sein du relais masculin 4x100 m libre. Mais il a terminé 10e vendredi soir avec un temps de 50,82 secondes. Seulement les quatre premiers se qualifiaient.

Ce sont 27 nageurs qui ont été retenus par Natation Canada en vue des Jeux olympiques. Dans le lot, on retrouve Ashton Baumann, le fils de l'ancien champion olympique Alex Baumann.

Fiston a vécu quelques années à Ottawa, s'entraînant au sein du club Go Kingfish avant de déménager en Australie.

Les essais ont aussi permis à un Gatinois de monter sur le podium. Ivan Cocunubo a complété le 100 m papillon au deuxième rang, arrêtant le chrono à 53,90 secondes. Ce ne fut toutefois pas suffisant pour réaliser le standard olympique de 52,36 secondes.

Cochrane en tête d'affiche à Rio

Un total de 19 femmes et huit hommes ont été nommés au sein de l'équipe olympique canadienne pour les Jeux de Rio, à la suite des six jours des Essais olympiques canadiens au centre panaméricain de Toronto.

Le meilleur espoir de médaille pour le Canada sera toutefois un homme: le spécialiste des courses de distance Ryan Cochrane, de Victoria.

«Je pense que les femmes sont certainement la force de notre équipe, a admis Cochrane. Il n'y a pas une grande quantité du côté des hommes, nous avons de la qualité.»

Cochrane sera la tête d'affiche de l'équipe de 27 nageurs qui prendra la direction de Rio de Janeiro pour les Olympiques, du 5 au 21 août. Les compétitions de natation se dérouleront du 6 au 13 août.

Un top-2 et un temps sous le standard olympique était nécessaire aux Essais canadiens pour obtenir son laissez-passer dans les épreuves individuelles au Brésil.

Les essais ont été émotifs pour les athlètes, qui ont vu leur rêve olympique devenir réalité ou leur glisser entre les doigts.

Les équipes olympiques et paralympiques ont été présentées dimanche. Le Montréalais Benoît Huot, qui participera à ses cinquièmes Jeux, et l'étoile montante Aurélie Rivard, de Saint-Jean-sur-Richelieu, seront les vedettes parmi les 22 athlètes en paranatation.

En 2012, le Canada avait envoyé 31 athlètes - 18 femmes et 13 hommes - à Londres. Les hommes avaient gagné trois médailles et les femmes avaient été blanchies.

En 2016, on retrouvera des nageuses aussi jeune que Penny Oleksiak, une jeune sensation de 15 ans, et aussi expérimentée qu'Audrey Lacroix, 32 ans, qui participera à ses troisièmes Jeux.

Les femmes espèrent revenir de Rio avec quelques souvenirs, particulièrement du côté des épreuves de vitesse en style libre et des relais.

«Je ne veux pas utiliser un langage inapproprié présentement, mais je suis très confiante envers l'équipe féminine. C'est de loin l'équipe la plus rapide sur laquelle nous avons compté», a dit la spécialiste du dos Hilary Caldwell, de White Rock, en Colombie-Britannique, qui a confirmé sa place au 200 mètres dos, dimanche, tout comme Dominique Bouchard, de North Bay, en Ontario.

«Nous avons quelques nageuses puissantes et de bonnes relayeuses. Chez les hommes, il y a moins de nageurs, mais il y en a de très bons.»

Cochrane a obtenu deux médailles de bronze aux Championnats mondiaux en 2015 à Kazan, en Russie. Le nageur de 27 ans participera au 400 mètres style libre lors du premier jour des épreuves de natation à Rio, puis au 1500 mètres lors de la dernière journée.

«J'aimerais monter deux fois sur le podium cet été», a déclaré Cochrane.

Sept finales masculines n'ont pas généré de billets pour Rio, cette semaine à Toronto. Cochrane et les spécialistes des sprints au style libre Santo Condorelli, de Kenora, en Ontario, et Yuri Kisil, de Calgary, ont été les seuls à se qualifier dans plus d'une épreuve.

Richard Weinberger, de Surrey, en Colombie-Britannique, et Emily Overholt, de West Vancouver, seront à surveiller. Overholt a décroché le bronze au 400 mètres QNI à Kazan.

Condorelli, Chantal Van Landeghem, de Winnipeg, et Sydney Pickrem, d'Oldsmar, en Floride, ont aussi participé à des finales aux Mondiaux et ont réussi des top-6.

Van Landeghem a confirmé sa participation au 50 mètres libre dimanche, tout comme Michelle Williams, de Toronto. Van Landeghem a signé un chrono de 24,63 secondes et Williams a suivi en 24,82.

Sandrine Mainville, de Boucherville, a aussi respecté le standard olympique (25,28), mais elle a terminé troisième en 25,04 et elle ne participera donc pas à cette épreuve à Rio.

«Je suis contente d'avoir battu mon record personnel, mais je visais les 24 secondes et un top-2 pour me qualifier dans une épreuve individuelle, a raconté Mainville, qui s'est qualifiée samedi au sein de l'équipe au relais 4x100 mètres style libre. Je suis quand même satisfaite d'être montée sur le podium.»

Des objectifs élevés en paranatation

Le critère de sélection du côté de la paranatation était différent. Les nageurs des différentes catégories nageaient les uns contre les autres et recevaient des points en fonction de leur temps. Les Jeux paralympiques de Rio auront lieu du 7 au 18 septembre.

L'équipe de paranation a gagné 16 des 31 médailles canadiennes il y a quatre ans à Londres, dont quatre d'or.

La compétition pourrait toutefois être plus relevée à Rio, alors que de nombreux pays ont commencé à investir de manière plus importante dans les sports paralympiques.

Huot a gagné cinq médailles d'or en 2004. Âgé de 32 ans, Huot a admis que les temps enregistrés à Athènes n'auraient pas été suffisants pour monter sur le podium en 2012 à Londres.

«Imaginez ce que ce sera cet été, a dit Huot. Probablement qu'un temps pour une médaille à Pékin (en 2008) ne sera pas suffisant pour un podium à Rio.

«L'objectif de l'équipe est de 14 médailles. Est-ce que c'est réalisable? Je pense que oui.»

La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer