Bérubé entame bien les essais paralympiques

La paranageuse Camille Bérubé... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La paranageuse Camille Bérubé

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a huit ans à Montréal, Camille Bérubé était la plus jeune participante aux essais paralympiques de natation.

Elle n'avait que 12 ans. L'athlète un brin timide à l'époque mesurait 1,32 m (4' 4") et pesait 40 kg (87 livres).

«Le temps passe si vite», s'est rappelée la Gatinoise, mardi, au bout du fil. Elle se trouvait à Toronto, qui accueille les sélections canadiennes en vue des Jeux de Rio. On l'avait désignée afin de réciter le discours de bienvenue devant les spectateurs en soirée avant les finales de la première journée de courses. Bérubé, qui a gagné une médaille aux Mondiaux en 2009, s'avérait émue et excitée.

Ajoutez qu'elle était aussi de bonne humeur. Elle a battu par 1,2 seconde son record personnel au 50 m libre dans la classe S8 lors des préliminaires disputés en matinée. «C'est une bonne façon de commencer la compétition. Surtout, c'est bon pour le moral.» 

Ça fait oublier un peu ce qui s'est passé il y a un an.

Bérubé n'avait pu se qualifier en vue des championnats du monde. Jamais elle n'avait connu un échec de la sorte durant sa carrière.

«Ç'a été difficile au début. Des nageuses avec un moins bon classement mondial avaient passé devant moi, relate la jeune femme âgée de 20 ans, dont les muscles d'une de ses jambes sont atrophiés.

«Cela avait été une grosse défaite pour moi, dit-elle avant d'apporter un bémol. Une défaite, c'est quand tu n'es pas capable de te relever. Je me suis posé des questions. Que dois-je faire pour que ça ne se reproduise pas?»

Bérubé estime être prête pour ces essais. Il y a quatre ans, elle s'était qualifiée en vue des Jeux paralympiques présentés à Londres.

«Je suis définitivement une meilleure athlète qu'en 2012 et 2008. J'ai acquis beaucoup d'expérience. Je ne suis plus la petite Camille d'il y a huit ans. J'ai appris à nager pour le plaisir. [...] Je suis plus prête que jamais.»

Surtout, elle ne veut pas rater le rendez-vous paralympique en sol brésilien. Elle obtiendra cinq chances pour se qualifier, participant aux épreuves du 100 m brasse, 200 m QNI, 100 m dos de même que les 50 m et 100 m libres.

«On ne saura que dimanche soir qui ira à Rio, souligne Bérubé, qui ne compte pas se laisser ronger par l'attente. Je vais prendre ça un jour à la fois.»

Le Canada invaincu en water-polo

Le Canada demeure invaincu après trois parties au tournoi de qualification olympique de water-polo masculin à Trieste, en Italie. Il a gagné 11-9 mardi contre la Slovaquie.

L'équipe nationale mise sur trois joueurs locaux en John Conway, David Lapins et Dusan Aleksic. Le premier a marqué lundi avec cinq secondes dans le match pour aider les siens à soutirer un verdict nul de 14-14 aux puissants Hongrois.

La veille, le Canada avait vaincu la Russie.

Un affrontement contre la Roumanie attend Conway et compagnie ce mercredi. Puis jeudi, ce sera place à un match contre la France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer