Tout se jouera en 49 secondes pour Dominique Massie-Martel

Dans quelques jours, il pourrait obtenir son billet... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Dans quelques jours, il pourrait obtenir son billet pour les Jeux olympiques, à Rio.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a un an, Dominique Massie-Martel était prêt à remiser son maillot et tirer un trait sur sa carrière de nageur.

Dans quelques jours, il pourrait obtenir son billet pour les Jeux olympiques, à Rio.

«Je suis content que mon entraîneur m'ait convaincu de nager une autre année. Ça aurait été une erreur d'arrêter en étant si proche de mon but», avoue maintenant l'athlète franco-ontarien originaire d'Ottawa.

Âgé de 25 ans, Massie-Martel est arrivé à Toronto, dimanche, en provenance de la Floride où il a participé à un camp d'entraînement. 

La Ville-Reine accueille les championnats canadiens, qui servent de sélections olympiques jusqu'au 10 avril.

La soirée de vendredi retiendra l'attention au centre sportif panaméricain. Ce sera place à la finale au 100 m libre. Une épreuve qui s'annonce relevée.

Sept nageurs canadiens ont déjà fracassé la barre des 50 secondes. Un peu tout le monde s'attend à ce que Santo Condorelli, troisième au monde, remporte l'or.

Une bataille se dessine pour les trois places suivantes. Pourquoi? Ça déterminera la composition du relais canadien au 4x100 m libre à Rio.

C'est ce que zieute Massie-Martel.

«J'ai de bonnes chances», dit-il, lui qui montre le cinquième temps le plus rapide parmi les nageurs en lice avec une marque personnelle de 49,95.

Un chrono réalisé l'an dernier, qui a fait de lui le deuxième sprinteur canadien-français le plus rapide de l'histoire derrière Yannick Lupien (49,65).

«Je ne me suis jamais entraîné aussi fort. Je n'ai jamais été aussi bon à l'entraînement. Il n'y a aucune raison que ça devrait aller mal, affirme-t-il.

«Je suis quand même assez confiant. Mais en même temps, je ne contrôle pas ce que les autres font.»

Ce qu'il sait déjà?

Il s'agira de sa dernière présence aux championnats canadiens. La retraite est prévue plus tard cet été, Jeux olympiques ou pas.

«Je vais m'amuser cette semaine. Je vais essayer de profiter de ce qui pourrait être mes derniers moments. Je connais beaucoup de gens sur le bord de la piscine.»

Massie-Martel affirme être à l'aise de mettre un terme à sa carrière en 2016. 

«Cette fois-ci, c'est pour de vrai, lance-t-il en riant.

«Ça fait 18 ans que je nage. Ce n'est pas toujours facile. J'aime ça encore me retrouver derrière le bloc de départ lors des compétitions. Mais les semaines de pratique de 25 à 30 heures, ça devient plus difficile. Il n'y a plus beaucoup de gens de mon âge. Je m'entraîne surtout avec des gars de 18 ans.»

L'étudiant-athlète de l'université Laval aura connu une carrière fructueuse qui comprend une participation aux championnats du monde en 2011, à Shanghai. Il avait aussi nagé aux Mondiaux juniors et aux Universiades d'été.

Sa collection comprend six médailles aux Jeux du Canada, en 2009, à l'Île-du-Prince-Édouard.

water-polo: ça commence bien pour le Canada

Le Canada a bien entrepris le dernier tournoi de sélection olympique en water-polo masculin, dimanche, en Italie. Il a vaincu la Russie à son premier match, gagnant 7-6.

John Conway, d'Ottawa, a marqué deux buts dans cette victoire. Le Gatinois Dusan Aleksic se trouvait devant le filet canadien. Un autre joueur de l'Outaouais, David Lapins, fait également partie de la formation.

Aleksic, Conway, Lapins et leurs coéquipiers disputeront leur prochaine joute lundi contre la Hongrie. Des matches contre la Slovaquie, la Roumanie et la France figurent à l'horaire durant la semaine.

Ce tournoi regroupe 12 pays. Les quatre nations qui accéderont à la ronde demi-finale s'assureront leur place en vue des Jeux olympiques, cet été, au Brésil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer