Enfin un premier combat chez les pros

La boxeuse de Plaisance, Vanessa Lepage-Joanisse... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La boxeuse de Plaisance, Vanessa Lepage-Joanisse

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il ne lui reste que quelques coups à donner contre le sac de sable avant son premier combat chez les professionnels, samedi soir, à Moncton. Des débuts qui ont été reportés déjà à deux reprises dans les trois derniers mois.

«Cette fois-ci, c'est la bonne... je l'espère, lance en riant la boxeuse Vanessa Lepage-Joanisse.

«Jusqu'ici, tout va bien. Nous sommes prêts à partir pour le Nouveau-Brunswick vendredi. J'ai vraiment hâte.»

La droitière de Plaisance affrontera une favorite locale, Annie Mazerolle. Une femme âgée de 32 ans, qui montre deux victoires en autant de sorties chez les pros.

Dans les rangs amateurs, elle a gagné huit de ses neuf combats. Sa feuille de route comprend un titre canadien, tout comme Lepage-Joanisse.

Ce duel chez les 185 livres devait avoir lieu initialement quelques semaines avant Noël.

Mais la pugiliste acadienne s'est blessée à un genou.

La jeune Lepage-Joanisse, 20 ans, croyait ensuite pouvoir se battre chez elle à Gatineau lors d'un gala organisé en février par le groupe Eye of The Tiger Management. Mais son adversaire mexicaine s'est désistée à quelques jours du combat, n'ayant pu obtenir son visa.

Ce produit du club de la Petite-Nation sait qu'elle campera le rôle de la vilaine québécoise à Moncton. Mais ça ne la dérange pas.

«Je ne m'attends pas à une entrée spectaculaire, avoue-t-elle. De toute façon, je suis là-bas pour boxer. Et dans le ring, je vais me concentrer sur une seule voix, celle de mon coach

Son adversaire, elle, l'attend de pied ferme. Elle a visionné quelques combats de Lepage-Joanisse.

«Je l'ai étudiée comme il faut. Elle n'a que 20 ans, mais elle a du talent. C'est aussi une fille qui semble avoir faim sur le ring. Elle est agressive et lance beaucoup de coups. Mais aussi j'ai faim. Et moi aussi j'aime lancer des coups, a soutenu Mazerolle au quotidien L'Acadie Nouvelle.

«Je ne sais pas si elle a un bon menton, mais j'ai bien l'intention de vérifier ça samedi. J'ai hâte qu'elle goûte à une bonne droite d'Annie Mazerolle pour voir si elle est capable de se tenir debout.»

La réaction de Lepage-Joanisse?

«J'espère ne pas avoir l'occasion d'y goûter, dit-elle en riant à nouveau. Mais je peux la rassurer. J'ai un bon menton.»

Cette dernière a rappelé son séjour au sein de l'équipe nationale. Elle a pu affronter des Américaines possédant une bonne force de frappe. Ce fut le cas notamment en finale des Championnats continentaux de boxe féminine en 2014 à Guadalajara, au Mexique.

De plus, certaines de ses séances d'entraînement se déroulent contre des boxeurs pros masculins. Dans le lot, il y a Pascal Villeneuve et Roody René. «J'ai mangé de bonnes claques», note-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer