L'Alberta remporte le Brier

L'équipe de l'Alberta menée par le skip Kevin... (La Presse Canadienne)

Agrandir

L'équipe de l'Alberta menée par le skip Kevin Koe a enlevé son troisième titre en sept ans au Brier dans une victoire de 9-5 contre Terre-Neuve-et-Labrador.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La foule était derrière lui. Elle voulait le voir gagner enfin le Brier. Le seul trophée qui manquait à sa collection qui comprend une médaille d'or aux Jeux olympiques en 2006, à Sotchi.

Ça criait son nom de famille un peu partout dans les estrades, dimanche soir, à la Place TD d'Ottawa. Des partisans de sa province natale de Terre-Neuve avaient même enfilé des chapeaux de pêcheur.

Mais la chance n'était pas au rendez-vous pour le skip Brad Gushue, à sa 13e participation aux championnats canadiens de curling masculin. Son quatuor des Maritimes a multiplié les erreurs tôt en finale, permettant à l'Alberta de gagner 9-5 pour mettre la main sur le titre national.

«C'est décevant, a avoué Gushue, le favori de la foule.

«Nous avons manqué quelques coups par un ou deux millimètres au début du match. Quand tu accuses un retard de deux points contre une équipe qui accorde peu de points comme celle-là, c'est difficile de revenir dans le match et espérer gagner.»

Il s'agit d'une troisième conquête en sept ans pour le capitaine Kevin Koe.

«Cette victoire est vraiment spéciale. C'était l'édition la plus relevée de l'histoire du Brier. Il y avait tellement d'équipes redoutables», a dit cet ouvrier du secteur pétrolier à Calgary.

L'ancien champion du monde a multiplié les coups précis. Ses coéquipiers Marc Kennedy, Brent Laing et Ben Hebert, tous dotés de gros biceps puissants pour brosser, l'ont bien appuyé.

Des exemples? Ils ont réussi à voler un point dès le bout initial contre Gushue, qui possédait le marteau. Ils lui ont fait le même coup au bout suivant.

Puis à la septième reprise, Koe a fait exploser une maison qui contenait neuf pierres à un certain moment. Résultat, il a marqué trois fois pour gonfler son avance à 7-3.

L'expression sur le visage de son adversaire disait tout. Gushue savait que c'était déjà fini.

Cette victoire s'avère très payante pour la formation albertaine. Elle a reçu un chèque de 81 000 $. À cela s'ajoutera une aide financière de Sports Canada estimée à 144 000 $ lors des deux prochaines années.

Ce n'est pas tout.

Koe et ses amis défendront la feuille d'érable aux championnats du monde, du 2 au 10 avril, à Basel, en Suisse. Ils sont assurés aussi d'une place en vue de l'édition 2017 du Brier qui aura lieu à... St-John, à Terre-Neuve.

Ce qui rend la défaite encore plus difficile à avaler pour Brad Gushue, qui tient mordicus à participer au championnat canadien dans sa province natale.

En revanche, que Koe le batte ne s'avère pas une surprise. Les deux quatuors occupent les deux premiers chez les boursiers du World Curling Tour (WCT), ayant gagné leur lot de tournois durant l'hiver.

Jacobs récompense un jeune partisan

Plus tôt dans la journée, le Nord de l'Ontario a remporté le match de la médaille de bronze. Un gain de 7-6 obtenu en prolongation contre le Manitoba.

«Je vais être honnête avec vous. La motivation faisait défaut en début de partie», a confié le skip Brad Jacobs. Son équipe tirait de l'arrière 2-0 après le bout initial.

«Nous avions de grandes attentes cette semaine», a-t-il rappelé. Son quatuor avait conservé une fiche parfaite de 11-0 lors du tournoi à la ronde. Mais des revers contre Terre-Neuve puis l'Alberta en éliminatoires ont mis fin à leur rêve de gagner un deuxième titre en carrière.

Une finale très populaire

L'aréna était plein pour les premiers matches du Brier. Même chose lors de la finale avec 8419 spectateurs dans les estrades. Mais entre ces deux rendez-vous, il y a eu des bancs vides.

Plus de 115 000 spectateurs ont assisté aux neuf jours du tournoi, qui était présenté à Ottawa pour la première fois depuis 2001. Un total qui place l'édition 2016 du Brier parmi les moins populaires aux guichets dans le dernier quart de siècle.

Seuls Kamloops (2014), London (2011) et Hamilton (2007) ont attiré moins de gens.

Les éternels optimistes noteront par contre qu'il s'agit de l'édition présentée dans l'Est du Canada qui a suscité le plus d'intérêt depuis 2003 à Halifax. Que le tournoi se déroulait dans un amphithéâtre plus petit que ceux de l'Ouest canadien.

Peu importe, les organisateurs estiment que l'événement a été un «grand succès» à la Place TD.

«Tu veux toujours voir plus de gens. Mais nous sommes très satisfaits en voyant ces chiffres. Il y a des soirées où il n'y avait que quelques bancs libres. Et c'était probablement des gens qui se trouvaient au bar du Brier», a soutenu une des organisatrices, Elaine Brimicombe.

Cette dernière a vanté l'armée de bénévoles. Ils étaient plus de 600 à prêter main-forte, dont plusieurs de l'Outaouais.

Le comité organisateur estime aussi avoir offert de bonnes conditions de jeu aux 12 équipes, même si l'humidité a mêlé les cartes à la fin du tournoi à la ronde. On retrouvait beaucoup de givre sur les quatre surfaces à un certain moment.

«Quand tu regardes le travail effectué par nos préposés aux glaces, ils ont toujours assuré un suivi rigoureux. Ils avaient toujours un oeil sur les surfaces. Ils ont peu dormi», a affirmé Brimicombe.

Ottawa ne veut pas attendre 15 autres années avant de présenter le Brier à nouveau, a-t-elle avoué. «Mais il ne faut pas oublier que nous allons accueillir les sélections olympiques en 2017, a souligné la vice-présidente du comité organisateur.

«Nous avons déjà plusieurs bénévoles qui nous demandent quand ils peuvent soumettre leur nom en vue de cette compétition. Je pense que nous avons démontré dans la dernière semaine que la région est capable d'organiser de gros événements.»

À noter, ces essais auront lieu au centre Canadian Tire, domicile des Sénateurs d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer