Brier: la fin du parcours pour Ménard

Le quatuor québécois termine la compétition avec une... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le quatuor québécois termine la compétition avec une fiche de 4 victoires et 7 défaites.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le scénario tant rêvé au Brier n'aura jamais vu le jour. Jean-Michel Ménard et ses coéquipiers ne graveront pas leur nom sur le trophée le plus convoité du curling canadien, dix ans après leur conquête à Régina.

Le quatuor du Québec mené par le skip d'Aylmer a mis fin à son tournoi, vendredi matin, avec une défaite de 8-6 aux mains des Territoires du Nord-Ouest. Il termine avec une fiche de quatre victoires en 11 parties.

«Nous aurions aimé en gagner plus, mais écoute, la vie c'est la vie. Ça ne fonctionne pas toujours comme nous le souhaitons, a soutenu Ménard à sa sortie de glace de la Place TD.

«Nous l'avions dit avant de commencer le tournoi... Les astres devront être tous alignés afin que nous puissions participer aux éliminatoires.»

Ménard et son équipe devront se contenter d'un rôle de spectateur lors de la ronde des médailles qui mettra en vedette le Nord de l'Ontario, Terre-Neuve, l'Alberta et le Manitoba lors des deux prochains jours. La finale aura lieu dimanche soir.

«Il y a trois matches que nous avons échappés que nous aurions dû gagner (...) Les avoir gagné, nous serions dans une meilleure position.»

Le capitaine du Québec pensait aux ses revers subis notamment aux mains du Manitoba et de la Saskatchewan. Un bout dans chaque partie a coulé le quatuor.

«Ce n'est pas grand-chose qui a fait la différence, a noté le troisième Martin Crête. Quelques pierres ici et là. Nous avons eu plusieurs matches serrés qui ont mal viré au huitième bout.»

Il reste que plusieurs gros noms ont dû aussi plier bagage. Au haut de la liste? Équipe Canada menée par Pat Simmons.

«L'équipe de Glenn Howard a terminé aussi avec une fiche de 4-7», a souligné Jean-Michel Ménard au sujet du quadruple champion du monde.

Ce dernier était déçu, mais loin d'être abattu. «Gagne ou perd, le soleil va se lever le lendemain, a-t-il lancé sur un ton philosophique.

La fatigue, a-t-il ajouté, a joué un rôle dans le rendement de son quatuor dans la deuxième moitié du tournoi à la ronde.» 

Le Québec a dû disputer cinq parties dans les six dernières manches.

Puis vendredi matin, il affrontait un club qui devait gagner afin d'éviter de se retrouver dans la ronde de relégation en 2017.

«Il (Jamie Koe) est arrivé le couteau dans les dents. Nous, nous n'étions pas amorphes, mais nous étions moins concentrés.»

Jean-Michel Ménard en était à sa huitième participation au Brier en tant que skip du Québec. 

Mais l'édition 2016 s'avérait spéciale puisqu'elle était disputée à une vingtaine de minutes de route de son domicile en Outaouais.

«J'ai eu beaucoup de plaisir. Je vais en conserver de bons souvenirs. C'était le fun de voir tous ces drapeaux du Québec dans les estrades. Je n'étais pas habitué de voir ça quand je vais au Brier. Je vais mettre ça dans le coffre à souvenirs de ma carrière de curling, a dit l'athlète âgé de 40 ans.

«Une bonne partie de la foule était rangée derrière nous, a ajouté Crête. C'était impressionnant. J'ai bien aimé ça.»

Une semaine à oublier

Adam Casey ... (Archives, La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Adam Casey 

Archives, La Presse Canadienne

La foule lui a réservé une ovation pour son effort. Ému, Adam Casey a levé sa brosse vers le plafond de la Place TD en guise de remerciement.

Le skip de l'Île-du-Prince-Édouard ne venait pas de réussir un coup extraordinaire. Au contraire. Il venait de perdre encore une fois. Cette fois-ci contre le Manitoba.

Son quatuor a conclu le Brier au dernier rang avec un dossier de 2-9. Ce qui signifie qu'il devra batailler dans un tournoi de relégation l'an prochain à St-John.

«Je viens de connaître l'une des semaines les plus frustrantes de ma vie, a lancé Casey aux médias qui l'attendaient près des vestiaires.

«Nous avons joué tellement mal que nous méritons de nous retrouver dans cette situation (...) J'ai commis plusieurs erreurs mentales durant la semaine. J'ai lancé plusieurs mauvaises pierres. Il y a beaucoup de travail qui nous attend dans les prochains mois si nous voulons gagner ce tournoi un jour.»

Casey et ses coéquipiers David Mathers, Anson Carmody et Robbie Doherty formaient la plus jeune équipe au Brier. La moyenne d'âge? 26 ans.

Les quatre joueurs se faisaient taquiner par leurs adversaires au sujet de leur chevelure abondante. Quelques skips ont le crâne dégarni.

Pas Casey, qui n'a pas l'intention d'apporter des changements à sa troupe. «Ce sont trois bons amis à moi. Nous sommes encore jeunes. Notre troisième disputait une première saison à cette position», a-t-il dit.

Consultez les résultats du jour

Consultez le classement des équipes

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer