Kingsbury skiera devant les siens à Chelsea

L'athlète Mikaël Kingsbury débarque en Outaouais quelques jours... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'athlète Mikaël Kingsbury débarque en Outaouais quelques jours après avoir décroché à Moscou un cinquième globe de cristal consécutif dans sa carrière.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La dernière fois qu'il a concouru sur des bosses en Outaouais, Mikaël Kingsbury avait 12 ans. Ça se passait à une compétition provinciale junior à Chelsea.

Une décennie plus tard, le revoilà dans la région pour un rendez-vous plus relevé. Plus précisément les championnats canadiens de ski acrobatique, qui se dérouleront samedi et dimanche à Camp Fortune.

Le petit Kingsbury a grandi. Il skie plus vite et saute plus haut. Ses routines sont plus complexes.

Surtout, il s'amène après avoir mis la main sur un cinquième globe de cristal consécutif, le week-end dernier, en Russie. Il a gagné l'épreuve de Moscou, ce qui lui permet d'améliorer son record du plus grand nombre de victoires en Coupe du monde.

Le compteur en montre maintenant 33.

«Gagner le globe de cristal équivaut à gagner la coupe Stanley au hockey.... Tu ne te tannes jamais», a-t-il souligné en entrevue au Droit.

Un trophée qui s'ajoute à une collection impressionnante comprenant deux titres de champions du monde (2013 et 2015) et une médaille d'argent aux Jeux olympiques (2014). Ce qui fera de lui le point de mire des championnats canadiens.

Kingsbury est revenu de l'Europe lundi soir. Il aurait été facile pour lui de déclarer forfait en vue du rendez-vous national.

Mais le champion âgé de 23 ans tient à y participer. Pour plusieurs raisons.

«C'est important d'y être pour les jeunes qui me suivent. Plus jeune, j'ai eu la chance de skier avec les meilleurs au Canada à ces championnats. Ils étaient aussi les meilleurs au monde, s'est rappelé Kingsbury.

«Ce fut une bonne expérience. Maintenant, c'est à mon tour de donner cette occasion aux plus jeunes.»

une place spéciale 

Puis ce sera une sortie qui fera sûrement plaisir à sa maman Julie Thibaudeau. À ce sujet, la vedette sportive dit que la région «occupe une place spéciale dans son coeur».

«Toute la famille du côté de ma mère habite dans le coin, à Hull. C'est une région que je connais assez bien, sans dire que je suis allé super souvent. Mais je l'ai visité quand j'étais plus jeune. C'est un beau coin. En plus, tu n'as qu'à traverser un point et tu te retrouves déjà à Ottawa. C'est cool

Défi ski santé

Le skieur acrobatique le plus titré du circuit international est débarqué jeudi. Il n'a pas participé à la première séance d'entraînement des championnats canadiens.

Mais il a été aperçu sur les pentes du mont Cascades, participant au Défi Ski Santé 2016. Un événement organisé pour soutenir le projet de clinique de pneumologie du CISSS de l'Outaouais.

«Ça me fait un grand plaisir d'aider les gens à amasser des sous», a dit Kingsbury.

Ce dernier ne sera pas le seul gagnant du globe de cristal à participer aux championnats. Chloé Dufour-Lapointe, qui a gagné le titre de championne de la Coupe du monde chez les femmes, prendra le départ, tout comme ses deux soeurs Justine et Maxime.

C'est la première fois que deux Canadiens terminent en tête du classement général des bosses lors de la même année.

Soleil et chaleur au rendez-vous au Camp Fortune

Ski acrobatique Canada tenait à souligner cet anniversaire. C'est pourquoi il a opté pour Camp Fortune.

La station de ski située à Chelsea accueille les championnats canadiens, 40 ans après avoir été hôte de la première édition. Près de 100 athlètes au pays batailleront pour les divers titres à l'enjeu.

«Il y avait une bonne piste, mais elle avait besoin d'être retravaillée afin de répondre aux standards», souligne le directeur du programme haute performance chez Ski acrobatique Canada, Marc-André Moreau.

Des travaux d'élargissement ont notamment eu lieu l'an dernier. Des arbres ont été coupés. Du nouvel équipement pour mieux préparer la neige a aussi été acheté.

«Il fallait aussi que la zone d'atterrissage soit adéquate. C'était une question de sécurité», note Moreau.

Mercure printanier

Ses collègues et lui garderont un oeil sur les prévisions météorologiques. Le mercure flirtait avec la barre des 10 degrés Celsius lorsque des membres de la relève ont participé à un entraînement, jeudi après-midi.

Une température semblable est prévue samedi lors des épreuves individuelles.

«C'est une bonne chose que vous avez reçu beaucoup de neige. Elle a pu être compactée. Même s'il fait chaud et il pleut, l'événement ne sera pas annulé, assure Moreau, lui-même un ancien membre de l'équipe nationale et vice-champion du monde en 2005.

«Nous sommes habitués à ces conditions printanières. Dans le passé, les championnats ont lieu à la fin du mois de mars.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer